Archives par mot-clé : RESF

Traducteur en sciences humaines : chercheur de citations

Cet article fait partie d’une série consacrée à l’activité éditoriale, ordinairement laissée dans l’ombre, mais permettant la parution des revues scientifiques françaises, comme nous l’avons annoncé dans l’éditorial de notre numéro blanc de juin 2020.

« Il faut citer, citer et encore citer » pourrait être un adage en sciences humaines. On le répète aux étudiants, les chercheurs fouillent ouvrages et revues pour trouver les passages qui viennent appuyer leurs arguments. Quand l’article écrit arrive devant le traducteur, ce dernier est donc confronté à des dizaines de citations tirées d’ouvrages plus ou moins obscurs, souvent dans la langue de l’auteur, parfois en langue originale (cela dépend notamment des domaines). La chasse à la citation est ouverte : l’ouvrage duquel elle est tirée est-il disponible dans la langue cible ? Si oui, il faut la retrouver et récupérer la citation « officielle ». Si non, il faut traduire soi-même [notre traduction, NdT]. Cependant, dans un cas comme dans l’autre, le traducteur doit s’assurer que le texte n’a pas de traduction et parfois, le chemin est quelque peu sinueux. Pour éclairer ce travail de fourmi qui nous concerne particulièrement à ReS Futurae, je vous propose une visite guidée de cette « chasse à la citation » afin de mieux comprendre le travail de traducteur en sciences humaines.

Continuer la lecture de Traducteur en sciences humaines : chercheur de citations

SF pandémiques

Bibliographie primaire, chronologique, semi-brute, sans commentaire ou presque. Contributions in progress: A. Arnal, S. Bréan, G. Bormand, E. Després, P. Ethuin, T. Geha, L. Gerbier, C. Hummel, J.-N. Lafargue, I. Langlet, M. Lemosquet, E. Picholle, C. Sidre, J. Wintrebert...

Une autre liste peut être téléchargée sur le site du speed-colloque de Figura à Montréal (syllabus en anglais).

Epheyre Charles, « Le Microbe du professeur Bakermann. Récit des temps futurs »,  Revue politique et littéraire, 1890, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2148218/f101.item Un savant trouve le moyen de rendre  mortel et très contagieux un microbe jusque-là sans danger. Après que sa femme a absorbé le virus par erreur, celui-ci se répand et prend l’ampleur d’une terrible pandémie. Le savant devient un héros en procurant l’antidote. (humoristique).

Bruyère, Jean, « La peste rouge », in La Science illustrée, n°530-532, 1898 [Un savant a mis au point la peste rouge visant à réduire la population afin de lutter contre la pauvreté ainsi qu’un sérum… qui n’est pas efficace]

Allais, Alphonse, « L’Antifiltre du Captain Cap ou un nouveau moyen de traiter les microbes comme ils le méritent », Le Captain Cap, Juven, 1902 [A force de combattre les microbes ceux-ci deviennent résistants à tous les traitements]

Halévy, Daniel, Histoire de quatre ans, 1997-2001, Cahiers de la Quinzaine, Paris, 1903 [Dans la seconde partie de ce roman, une épidémie cause des millions de victimes et bouleverse la société]

Bersonnet, Paul, « Alphas Stebrick », in Le Monde moderne, Librairie Félix Juven, 1906 [Un savant fou se venge en lançant sur Paris le microbe B.H.C. qui se transmet par le toucher et tue des milliers de personnes].

London Jack, La Peste écarlate (The Scarlett Plague, 1912) [Après une épidémie, une nouvelle société apparaît]

Mac Orlan, Pierre, Le Rire jaune, Albert Méricant, 1914 [Un mal mystérieux provoque un rire épidémique mortel menaçant l’ensemble de l’humanité]

Rosny aîné, La Force mystérieuse, Plon, 1914 [pandémie de pulsions carnivoristes en contrecoup d’une maladie de la lumière]

Léonard, François, La Conquête de Londres, Editions Atar, Genève, 1917 [Une histoire de guerre future au cours de laquelle se déclare une épidémie qui coupe court à une révolution à Londres]

Bigot Raoul, « Le fer qui meurt », Lectures pour tous, 1918.  Un savant trouve le moyen de désagréger le fer ; cet état d’instabilité est contagieux et détruit les infrastructures européennes, permettant la paix. (rêve)

 

Sibrès, Abel, Grippe espagnole?… Collection « Romans populaires », n°94, 1921 [La dispersion d’un gaz microbien serait à l’origine de la grippe espagnole dans ce roman relevant de l’histoire secrète]

Allorge, Henri, Ciel contre terre, Bibliothèque de la jeunesse, Librairie Hachette, 1924 [Les Martiens menacent les Terriens de les détruire en répandant des épidémies]

Delteil, Joseph, Les Cinq sens, Bernard Grasset, 1924 [Une épidémie de peste ravage Paris dans un futur proche]

Féval fils, Paul et Magog, H.-J., Le faiseur de folles (série Les Mystères de demain), Éditions J. Ferenczi et Fils, Paris, 1924 [Un savant fou répand le « microbe de la folie » afin de conquérir le monde]

X, Professeur, La guerre microbienne, la fin du monde, Jules Tallandier, Paris, 1923 [Les Allemands lâchent sur la France, la Belgique et le Royaume-Uni un virus afin d’échanger le vaccin contre la victoire mais l’épidémie devient incontrôlable]

Saint-Granier, La république des muets, Le Livre joyeux, éditions de France 1925 [Un germe microbien allemand se répand à Paris rendant tous les habitants muets]

Daudet Léon, Le Napus, Fléau de l’an 2227, Flammarion, 1927

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k812817 Dans un lointain futur, les gens se mettent à se volatiliser (« N’a pu », comme disent les enfants). C’est sans doute lié à l’excès de vibrations électriques du confort moderne.  Les différents pays réagissent de manière désordonnée, au fil de remarques caricaturant « l’esprit » des nations selon le point de vue de Daudet. (parodique)

Jasienski, Bruno, Je brûle Paris, Ernest Flammarion, 1929 [Une épidémie de peste lancée à Paris par un sans emploi conduit à la création de républiques populaires]

D’Agraives Jean, Le Virus 34, Cosmopolites, 1930. [Aventures, marine à voile, littérature jeunesse ; un virus détruit le blé.]

Aymé, Marcel, « Pastorale », Lire de l’inédit, n° 1, 15 août, 1931, Éditions du Tambourin ; dans le recueil Le puits aux Images, NRF Gallimard, Paris, 1932 [La population est décimée par le gouvernement au moyen de virus et d’épidémies conçu en laboratoire]

Mitlser, Jean, « L’inquiet », in La Maison dudocteur Clifton, Éditions Emile-Paul Frères, 1931 [Un savant découvre dans les microbes la raison de la disparition passée d’espèces, en attendant que ce soit le tour de l’humanité]

Régis, Herbert, L’Eclipse, Denoël, 1939 [Une épidémie qui détruit le nerf optique touche peu à peu l’humanité entière. La société s’en trouve modifiée]

Schachner Nat, « Tout le monde s’en fout » (« Worlds Don’t Care », 1939), in L’Homme dissocié, trad. G. Gallet, J’ai Lu, 1973 [Une peste venue du fond de l’espace frappe les populations martiennes mais épargne les populations terriennes et vénusiennes. Les Martiens sont déportés en masse sur Japhet]

Feltz, Jean-Michel, « Le microbe X », Ok Magazine n°66, Bruxelles, 1946 [Une météorite contient un microbe attaquant les os des contaminés]

Stewart George, La Terre demeure (Earth Abides, 1949 ; Un pont sur l’abîme), trad. J. Fournier-Pargoire, Hachette, 1951. [pandémie, d’origine inconnue, décime la majeure partie de la population nord-américaine (et sans doute celle de toute la planète)]

Martin, Gaston, La Nuit tous les chats sont gris, collection « Les aventures de Zodiaque », n° 8, Les Éditions de Neuilly,1950 [Un laboratoire crée un virus capable de contaminer toute la France en moins de huit jours afin de vendre l’antidote mais le virus est volé]

Brunner John, Entry to Elsewhen Host Age (New Worlds SF, 1955) [militaires voyageurs du temps tentent d’impanter virus alien sur population encore robuste pour éviter hécatombe future]

Wallace Floyd L., Le Virus du Nevada (The Nevada Virus, 1957), Fiction n° 68, OPTA, juillet 1959. [Première parution : Venture Science Fiction Magazine, septembre 1957. Une ville en quarantaine, un homme avide de jeunesse, un virus faustien.]

Fernez André, Virus H-84, 1959. [Série Nick Jordan, agent secret chez Marabout, concurrent de Bob Morane. 3è vol.]

Budrys Algis, Le Prophète perdu (Some Will Not Die, 1961), Presses de la Cité, 1976 [Amérique ravagée par une monstrueuse épidémie qui l’a laissé exsangue ; survivalisme militarisé]

Klein Gérard, « Les Virus ne parlent pas », Fiction spécial n° 12 : S.F. Made in France, août 1967. [un savant explique comment il a compris que nous sommes, à l’instar de la faune et de la flore, les machines plus ou moins perfectionnées de ceux qui nous ont façonnés : depuis certaines considérations génétiques ont énormément modifié la portée de ce texte. (Ecken)]

Silverberg Robert, Brunner John, Yarbro Chelsea Quinn, Au-delà de la porte des mondes (VO : 1991) [3 novellas situées dans le monde de La Porte des mondes (Silverberg, VO 1967): uchronie suivant la peste noire qui a décimé l’Europe]

Crichton Michael, La Variété Andromède (The Andromeda Strain, 1969) trad. fr. G. Messadié, Paris, Robert Laffont, 1970. [Un satellite rapporte sur Terre une bactérie extra-terrestre qui décime l’humanité. Quatre savants enfermés dans un abri cherchent une parade au fléau.]

Andrevon Jean-Pierre, « Le caillou de mars », in Cela se produira bientôt, PdF n°135, Denoël, 1971. [Une expédition Américaine ramène un roche de Mars contenant un virus extrêmement toxique. Prés de la moitié de l’humanité va ainsi finir complètement déshydratée avant la découverte d’un sérum.]

Brunner John, Virus (The Stone That Never Came Down, 1973), traduction de Philippe Sabathé, Presses De La Cité, 1976. [Première parution : Amazing Stories. Un virus de l’intelligence.]

Barjavel René, Le grand secret, Pocket, 1974. [virus d’immortalité sur une île secrète.]

King Stephen, Le Fléau (The Stand, 1978 / 1990), traduit par Jean-Pierre Quijano, Livre de Poche, 1981 / 1991.

Cussler Clive, Vixen 03 (1978), trad. R. Bre, Laffont, 1980. [thriller ; un Boeing de l’armée américaine disparu en 1954. À bord, des barils contenant une culture de bacilles de la peste, particulièrement virulente. 30 ans plus tard, des terroristes s’emparent et menacent Washington]

Cravens Gwyneth, Marr John S., La Peste à New York, trad. de l’anglais (États-Unis) par Marie-Lise Marlière, Gallimard, 1978. [« n’est pas un roman de science-fiction ni de politique-fiction. C’est le récit d’un cataclysme imaginaire, écrit par une journaliste et un médecin, parfaitement documenté. » Course contre la montre, effroyables mesures de décontamination]

Herbert Frank, La Mort blanche (1982), trad. J. Polanis, Laffont, coll. A&D, 1983. [un biologiste moléculaire, fou de douleur, fabrique seul une arme bactériologique : la « peste blanche », qui tue les femmes, sans remède ; « Qui aura le sérum et qui ne l’aura pas ? Qui aura les femmes et cetera, et cetera… » (…) accouchement du nouveau monde et à ses premiers pas (possibilité de vaincre le cancer, de vivre 5 000 ans, cette espèce d’écofascisme de pénurie qui semble s’installer sous la poigne militaire) reste dans un flou artistique qui frustre (Andrevon)]

Bear Greg, La Musique du sang (Blood music, 1985), Folio SF, 2005. [biochips de propagation fulgurante transforment la réalité ; intertitres selon stades de la mitose.]

McCaffrey Anne, Histoire de Nerilka (1985), cycle de la « Ballade de Pern », trad. S. Hilling, Pocket, 1991. [l’épidémie ravage la planète Pern. Nerilka se sacrifie pour trouver le sérum, elle renonce au mariage, en fin de compte épousera le seigneur]

Vonnegut Kurt, Galapagos (1985), Grasset, 1987. [Un virus qui s’attaque aux ovaires rend l’ensemble de l’humanité stérile à l’exception de quelques individus échoués sur les îles Galapagos, qui donnent naissance à une humanité bien différente, 1 million d’années plus tard.]

Willis Connie, « Le Dernier des Winnebago » (« The Last of the Winnebagos », 1988), in Aux confins de l’étrange, trad. Jean-Pierre Pugi , J’ai Lu, 1993. [tous les chiens de la Terre ont été éradiqués par un virus, et il ne reste plus que les souvenirs à leurs derniers maîtres]

Tepper Sheri S. , Rituel de chasse (Grass, 1989), trad. par I. Tate, J’ai Lu n°3244, 1992. [Une pandémie respiratoire attaque les humains sur toutes les planètes sauf Grass, que les colons partagent avec une espèce indigène de centaures, responsables de la pandémie. L’héroïne découvre comment les structures religieuses et sexistes des gouvernements humains aident à sa propagation.]

Egan Greg, « Blood Sisters » (1991), in Axiomatique, trad. Sylvie Denis, Francis Lustman, Quarante-Deux, Francis Valéry, Gallimard, coll. « Folio SF », p. 103-127.

Willis Connie, Le Grand Livre (Doomsday Book, 1991), trad. J.P. Pugi, J’ai Lu, 1994. [non seulement l’historienne est envoyée au temps de la Peste noire, mais son présent a été dévasté par des pandémies, le monde s’est organisé et est alerte, et la ville d’Oxford subit une quarantaine.]

Grenier Christian, Virus L.I.V. 3 ou la mort des livres, Livre de Poche Jeunesse, 1998. [variation ironique Fahrenheit 451 : un virus de hackers efface les livres imposés par des lettrés totalitaires]

Bear Greg, L’échelle de Darwin (Darwin’s Radio, 1999), trad. de l’anglais par Jean-Daniel Brèque, Robert Laffont, 2002; et Les enfants de Darwin (Darwin’s Children, 2003), trad. de l’anglais par Jean-Daniel Brèque, Robert Laffont, 2003. [Fiction optimiste: un rétrovirus endogène, le SHEVA, déclenche une nouvelle étape de l’évolution humaine.]

Watts Peter, Cycle des Rifteurs: Starfish (Starfish, 1999), 2010; Rifteurs (Maelstrom, 2001), 2011; βéhémoth (βehemoth, 2004), 2012, trad. par Gilles Goullet, Fleuve Noir, 2010-2012 [Une bactérie primitive, baptisée βéhémoth, infecte le personnel d’une station géothermique installée sur la dorsale océanique Juan de Fuca. La station est détruite mais une survivante parvient à rejoindre la surface et devient le patient zéro d’une épidémie menaçant l’ensemble de la biosphère.]

Kloetzer Laurent, Réminiscences 2012, Nestiveqnen, 2001. [Le monde de Monsieur K, le héros, perd sa jeunesse : un virus mortel s’attaque à tous les enfants de moins de quinze ans. Seule une drogue synthétisée par une multinationale permet de retarder l’échéance.]

Johnson Adam, Des parasites comme nous (Parasites like us, 2003), trad. F. Dolisi, Denoël, coll. « Millénaires », 2006 [un virus déterré d’une tombe préhistorique éradique l’humanité, sauf le petit groupe de l’Université du Sud-Dakota qui avait partagé le pop-corn tiré du maïs préservé du même site]

Robinson Kim Stanley, Chronique des années noires (The Years of Rice and Salt, 2002), trad. D. Camus, D. Haas, Presses de la Cité, 2003.

Atwood Margaret, Le dernier homme (Oryx and Crake, 2003), trad. de l’anglais par Michèle Albaret-Maatsch, Robert Laffont, 2005. [Un virus créé en laboratoire par Crake détruit l’humanité pour être remplacée par des êtres génétiquement modifiés, les Crakers.]

Sagan Nick, cycle Idlewild (2003-2006) : Idlewild, Neverborn, Everfree, trad. Patrick Imbert, J’ai Lu, coll. « Millénaires », 2011. [l’espèce humaine a totalement été éradiquée par le Black Ep, un virus. Pourtant, une poignée d’hommes et de femmes hante encore les ruines du monde. Les scientifiques qui leur ont « donné naissance » avant la catastrophe les ont dotés d’un code génétique qui les immunise. Leur mission future : ressusciter l’humanité]

Dufour Catherine, Le Goût de l’immortalité, Mnémos, 2005. [paludisme issu du passé ; monde dystopique où fresque effroyable, où des entreprises obscures se mènent une guerre larvée à coup de maladies sans se soucier des conséquences humaines]

Andrevon Jean-Pierre, Le Monde enfin (fix-up de nouvelles travaillées de 1968 à 2005), Fleuve noir, 2006 [France vidée de ses habitants comme la totalité de la planète, à la suite d’une pandémie foudroyante quarante-cinq ans plus tôt (sur une idée proche ESB)]

Bacigalupi Paolo, La Fille Automate (The Windup Girl, 2009, trad. S. Doke, Au Diable Vauvert, 2012. [des pestes génétiquement modifiées ont ravagé la Terre]

Wintrebert Joëlle, « L’enfant du lignage », Galaxies, n° 19/61, 2012 [Dans une petite communauté de survivants, on découvre que les plus âgés sont les bioterroristes à l’origine d’une pandémie qui a entièrement détruit l’humanité]

Liu Ken, « La peste » (Nature, 2013), trad. P.-P. Durastanti, in La Ménagerie de papier, 2015, p. 213-219 ; en ligne sur www.tor.com/2013/07/11/the-plague/ [fiction de posthumains ; mutations après une « peste » de nanomachines, fracture sociale]

Magali (ed), Virus, Griffe D’encre , coll. Anthologie n° (8), 2013.

Thilliez Frank, Pandémia, Fleuve noir, 2015. [Un virus de grippe aviaire renforcé est disséminé par les membres d’un complot.]

Guéraud Guillaume, Plus de morts que de vivants, Ed. du Rouergue, 2015.

Hinckel Florence, Trébor Carole, Villeminot Vincent, Grevet Yves, cycle « U4 » (Yannis, Jules, Stéphane, Koridwen + Contagion), Nathan, Syros, 2015 (+ 2016)

St. John Mandel Emily, Station Eleven (2014), trad. Gérard de Chergé, Rivages, 2016.

Meyer Deon, L’Année du lion: les mémoires de Nicolas Storm sur l’enquête de l’assassinat de son père (Koors, 2016), trad. de l’afrikaans et de l’anglais par Catherine Du Toit et Marie-Caroline Aubert, Seuil, 2017. [Une histoire de vengeance en Afrique du Sud, après une fièvre qui a décimé 9/10èmes de l’humanité.]

Beckerman Norton S., Virus: A Science Fiction Thriller, 2018. [avec un conseil des cellules qui gèrent les dégâts d’un rénégat nommé virus (!)]

Image: NIAID sur Flicker, URL: https://flickr.com/photos/54591706@N02/49597020718

RESF 17 Théâtre de science-fiction

Appel à contributions pour le dossier n°17 de ReS Futurae

Dossier dirigé par Romain Bionda romain.bionda@unil.ch

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent lui parvenir le 15 décembre 2019 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 15 juillet 2020, pour une parution au premier semestre 2021.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

Argument

Le théâtre a donné à la science-fiction quelques-unes de ses œuvres les plus célèbres, à l’instar de R.U.R. de Karel Čapek, où le terme « robot » apparaîtrait pour la première fois. Il est toutefois rare qu’on fasse une place au théâtre dans les études science-fictionnelles, tout comme il est rare, du côté des études théâtrales, qu’on fasse une place à la science-fiction. Or cette incuriosité réciproque semble exister en concomitance avec une suite de présupposés ne datant pas d’hier et rendant généralement incongrue ou du moins surprenante l’association, dans nos esprits, de la SF avec le théâtre tels que nous pouvons les concevoir — résistance qui ne se présente pas lorsque nous pensons à d’autres arts comme le cinéma et la littérature, où la SF jouit d’une existence explicite et reconnue. Il s’agira ici de mettre en perspective ces présupposés, pour établir dans quelle mesure, à divers moments et en divers endroits, un dialogue a pu se nouer entre cet « art du présent » que serait le théâtre et une science-fiction qui n’est pas simplement un « genre du futur ». S’offrent en effet à l’exploration un important corpus de pièces pouvant à plusieurs égards ressortir à la SF, ainsi qu’un faisceau de discours informant les contours de ce « théâtre de science-fiction ». À quoi celui-ci peut-il ressembler, et quelles œuvres constitueraient son corpus tout au long de son histoire ?

Dans ce numéro de la revue ReS Futurae, il s’agira d’une part d’interroger l’histoire de la SF au théâtre depuis le xixe siècle au moins (les périodes antérieures ne sont pas exclues), des nombreuses adaptations de Frankenstein sur les scènes anglaises aux très récents spectacles se réclamant explicitement de la SF ou qui ont pu être assimilés à ce genre, tels que France-Fantôme de Tiffaine Raffier ou Quitter la terre de Joël Maillard, en passant par les théâtres de l’avant-garde européenne des années 1920. Dans quelle mesure ces œuvres relèveraient-elles de la SF ? Les thèmes et les motifs du genre répondent-ils au besoin ou à l’envie des artistes, dans le contexte artistique, écologique, économique, politique, social, etc., qui est le leur ? La SF interroge-t-elle, ici ou là, les conditions du théâtre ? L’œuvre réalisée est-elle à la hauteur du projet ? La dimension technique des spectacles, notamment par la mise à profit de savoirs dits d’avenir (hologramme, lévitation, prouesses audiovisuelles de toutes sortes, robotique, etc.), utilisés sérieusement ou au contraire tournés en dérision, est-elle par endroits définitoire du genre ? Y a-t-il eu des moments forts, dans l’histoire, où le théâtre et la SF se sont rencontrés ? Et que penser de la situation contemporaine, où la SF semble être en mesure d’assumer de nouvelles fonctions sur nos scènes ?

Il s’agira d’autre part de réfléchir à l’historiographie du théâtre de science-fiction en France et à l’étranger, en interrogeant les catégories génériques actuellement en usage avec lesquelles le théâtre de science-fiction voisine et/ou que le théâtre de SF subsume (utopie/dystopie, post-apocalypse, etc.), en prêtant attention à la dimension diachronique : le terme « science-fiction » étant par exemple plutôt tardif en français, on prendra en compte la diversité des conceptions antérieures telles que « anticipation », « merveilleux scientifique », « voyages extraordinaires », etc. Il pourra être utile, en outre, de s’interroger sur les problèmes posés par la circulation des termes spécialisés dans divers cercles sociaux, où ils sont souvent utilisés de manière assez lâche, loin de leur définition restreinte (à l’instar de « fantastique » et « futuriste »), et sur les enjeux que présente leur traduction dans d’autres langues. Comment les artistes, les chercheurs et les journalistes ont-ils organisé ces différents genres entre eux, « science-fiction » comprise, dans les divers espaces culturels et linguistiques qui sont les leurs, et comment continuent-ils de le faire ? Sur le plan historiographique, un tel début d’inventaire devrait permettre d’évaluer l’éventuel gain et la pertinence d’une (ré)habilitation du terme « science-fiction » pour unifier et stimuler les recherches sur un domaine fragmenté, dont la connaissance s’avère fragmentaire.

Sur la base d’études de cas, l’ambition est d’assembler les premiers éléments utiles à une cartographie du théâtre de science-fiction. Les articles pourront relever de toutes les approches critiques et concerner toutes les aires culturelles et/ou linguistiques. En principe, les articles devront être rédigés en français. Pour tout renseignement complémentaire ou proposition sortant du cadre posé par l’appel, il ne faut pas hésiter à prendre contact avec le directeur du numéro (romain.bionda@unil.ch).

Éléments de bibliographie :

  • « Theatre » (20.10.2011), dans The Encyclopedia of Science Fiction, en ligne, 12.08.2018 : http://www.sf-encyclopedia.com/entry/theatre.
  • TrOPICS, n° 2, Théâtre et Utopie, dir. Françoise Sylvos, en ligne, 2015 : https://tropics.univ-reunion.fr/accueil/numero-2.
  • BIONDA Romain, « Où est passé le théâtre de science-fiction ? Histoire et historiographie d’un genre inaperçu », dans Revue d’histoire du théâtre, n° 282, « Varia », 2019, p. 119-138 ; également en ligne : https://sht.asso.fr/ou-est-passe-le-theatre-de-science-fiction-histoire-et-historiographie-dun-genre-inapercu/.
  • BOURASSA GAUDREAULT Catherine, « Le théâtre de science-fiction d’après Ralph Willingham », dans Jeu, n° 144, Sciences et technologies, dir. Étienne Bourdages, 2012, p. 104-111.
  • CARRERA GARRIDO Miguel, « Teatro 1960-1990 », dans T. López-Pellisa (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, op. cit., p.  225-249.
  • FORRY Steven Earl, Hideous Progenies: Dramatizations of Frankenstein from Mary Shelley to the Present, Philadelphie, University of Pennsylvanie Press, 1990.
  • KRZYWKOWSKI Isabelle, « Le théâtre des machines », Machines à écrire. Littérature et technologies du xixe au xxie siècle, Grenoble, Ellug, coll. « Savoirs littéraires et imaginaires scientifiques », 2010, p. 154-162.
  • LOPEZ-PELLISA Teresa (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, Madrid et Francfort, Iberoamericana / Vervuert, 2018.
  • Id., « Teatro 1990-2015 », dans id. (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, op. cit., p. 251-277.
  • MARTIN RODRIGUEZ Mariano, « El teatro hasta 1960 », dans T. López-Pellisa (dir.), Historia de la ciencia ficción en la cultura española, op. cit., p. 195-221.
  • MILNER Andrew, « Science Fiction and the Literary Field », dans Science Fiction Studies, vol. 38, n° 3, 2011, p. 393-411 ; trad. Julie Stéphanie Normandin et ReSF, dans Res Futurae, n° 6, 2015 : https://journals.openedition.org/resf/749.
  • PLASSARD Didier, L’Acteur en effigie. Figures de l’homme artificiel dans le théâtre des avant-gardes historiques : Allemagne, France, Italie, Lausanne, L’Âge d’homme, coll. « Théâtre années 20 », 1992.
  • RUSS Johanna, « Towards an Aesthetic of Science Fiction », dans Science Fiction Studies, vol. 2, n° 6, 1975, p. 112-119 ; trad. Samuel Minne, dans ReS Futurae, n° 2, La Science-fiction, rue d’Ulm, en ligne, 2013 : https://journals.openedition.org/resf/291#ftn1.
  • VERSINS Pierre, « Théâtre », Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction (1972), 2nde éd., Lausanne, L’Âge d’Homme, 1984, p. 878-880.
  • WILLINGHAM Ralph, Science Fiction and the Theatre. Contribution to the Study of Science Fiction and Fantasy, Westport CT, Greenwood Press, 1994.