Archives par mot-clé : RESF

RESF 21 Fictions climatiques (CFP)

Appel à contributions pour le dossier n° 21 de ReS Futurae

Dossier dirigé par Nadège Pérelle nadege.perelle@univ-eiffel.fr

English version below

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent être remises le 15 octobre 2021 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 15 mai 2022, les retours d’évaluation seront donnés en septembre 2022 pour une parution au deuxième semestre 2023.

Les auteurs et autrices sont invité.es à consulter les consignes aux auteurs.

Argument

Cet appel à communication s’inscrit dans la continuité du colloque international du programme PARVIS[1] de l’I-SITE FUTURE (https://parvis.hypotheses.org/a-propos) « La ville dans les fictions climatiques » qui s’est tenu en mai 2021. Il était consacré aux imaginaires urbains futuristes (https://parvis.hypotheses.org/2102).

Ce numéro de la revue ReS Futurae propose d’étudier les fictions climatiques, genre plurimédiatique émergent, récemment abordé par les études science-fictionnelles notamment dans l’ouvrage Science Fiction and Climate Change: A Sociological Approach de Andrew Milner et J.R. Burgmann (2020) ainsi que dans le n° 136 de ScieFiction Studies (novembre 2018)[2].

Fictions climatiques : ce nom de genre, d’abord apparu en anglais (climate fiction, abrégée cli-fi calqué sur sci-fi inventé par le journaliste Dan Blom en 2007) désigne un vaste ensemble d’histoires impliquant une prise en compte, directe ou indirecte, du « nouveau régime climatique » (Latour, 2015). Naguère simple décor, le climat est désormais un levier narratif, ou le thème principal de ces fictions. Cela peut aller de la fiction post-apocalyptique au roman-catastrophe, du thriller scientifique à la hard science-fiction pure et dure ; mais on y trouve aussi des polars, des romans noirs, des romans sentimentaux, des teen-novels, et de la littérature blanche, ou « générale » (Langlet, 2020). La recherche actuelle discute des origines du phénomène, ou tout du moins tente d’identifier des œuvres à recatégoriser en fictions climatiques. Nous relevons des points de convergence autour de trois romans qui fictionnaliseraient le changement climatique anthropique : The Lathe of Heaven d’Ursula Le Guin (1971) ; Heat de Arthur Herzog (1977) et The Sea and Summer (1987) de George Turner (Goodbody et Adeline Johns-Putra, 2019 ; Andersen, 2020 ; Milner et Burgmann, 2020).

Certaines études s’attachent à relire des œuvres bien antérieures – en particulier aux rapports scientifiques majeurs sur le changement climatique (The Limits to Growth autrement nommé « Rapport Meadows » (1970) ou le premier rapport d’évaluation du GIEC (1990) – comme des œuvres constituant les archives des imaginaires de la cli-fi contemporaine. Il s’agirait d’une proto-cli-fi, celle-ci prenant racine dans The Grapes of Wrath de John Steinbeck (1939) (Perrin, 2020) pour la recherche en cli-fi anglophone et chez Jules Verne pour la cli-fi française. Les années quatre-vingt-dix verraient le genre se consolider pour croître de manière exponentielle durant les deux premières décennies du vingt-et-unième siècle. 

Il s’agira ici d’explorer différents aspects de cet objet protéiforme jusqu’ici peu étudié par la recherche française et notamment ses liens avec la science-fiction.

  • La climate fiction comme genre littéraire : le syntagme climate fiction existe en concurrence avec de nombreux substituts taxinomiques, « science fiction climatique », « fictions de l’Anthropocène », « fictions du changement climatique », « écofictions », dont il serait utile de clarifier le régime de généricité.  Nous nous emploierons à préciser si la climate fiction forme un vaste et puissant sur-genre de la « fiction de la crise », un genre autonome, un sous-genre de la science-fiction, un méta-genre ou autre hypothèse encore une catégorie transgénérique. En quoi tenter de trancher entre ces options éclaire-t-il le fonctionnement de la généricité médiatique contemporaine voire renouvelle-t-il la  pensée des  genres ?
  • Le rapport à la science-fiction : cet axe vise d’une part à articuler la cli-fi à la science-fiction mais également à mesurer les apports des études sur la SF à l’analyse de ces œuvres. Une attention particulière pourra être portée sur les spécificités de la poétique cli-fi au regard de la poétique SF. Nous pourrons nous attarder par exemple sur les altérités lexicales. Plus largement encore les caractéristiques de la SF apparaissent-ils dans la cli-fi ? Y a-t-il un estrangement cognitif en jeu dans les fictions climatiques et en particulier qu’est-ce qui le suscite, le régule ? Est-ce que la nécessité de faire exister littérairement le climat entraîne des effets mesurables sur la construction du récit, sur le lexique, sur l’usage et la place des descriptions ?
  • Le rapport à la science : Nous invitons à réfléchir aux façons dont les fictions climatiques engagent la culture scientifique, en particulier, climatique dans ses récits. En questionnant, notamment- et en comparant science-fiction et fiction climatique dans leurs rapports entre science et fiction. Y a-t-il une hard cli-fi ? Il s’agirait de mettre en perspective les modalités d’intégration des discours scientifiques liés à l’Anthropocène d’un point de vue stylistique notamment Dans cette continuité pourront être interrogés et par exemple recensés les « effets de science » dans ces récits et notamment en lien avec la climatologie et ce sans cesser de questionner « le climat » : où arrête-t-on l’idée même de climat ? Comment fait-on exister dans la fiction quelque chose d’aussi complexe, polymorphe, systémique, hors d’échelle que « le climat » ? Conjointement un parallèle entre histoire des sciences (ou des discours sur la science) et histoire littéraire de la cli-fi pourrait être tissé.
  • Une histoire littéraire : une généalogie médiatique et médiatisée du genre se constitue depuis une dizaine d’années. Elle se construit non seulement par la recherche universitaire depuis Anthropocene Fictions: The Novel in a Time of Climate Change d’Adam Trexler (2015) jusqu’à la thèse de Claire Perrin « La sécheresse et le changement climatique dans les romans états-uniens de John Steinbeck à la cli-fi » (2020), mais aussi ses consommateur.rice.s. Toutefois cette généalogie est sujette à débats . Une consolidation de l’histoire des imaginaires climatiques serait nécessaire. À quand faire remonter la naissance du genre ? Certains titres surnagent : L’Épopée de Gilgamesh, Sans dessus dessous de Jules Verne, The Grapes of Wrath de John Steinbeck, La Quadrilogie apocalyptique de J.G. Ballard, Quels sont les corpus et quelles méthodologies pour les identifier ? Que dire du méta-récit de l’histoire du genre en cours de construction ?
  • Un champ littéraire en formation : nous souhaitons initier une cartographie des acteurs et actrices du genre. Qui sont les auteur.es de la climate fiction : des scientifiques, érudit.es, militant.es du climat ? Dans quelles maisons d’édition et dans quelles collections sont publiées ces œuvres ? Quelle est la place de l’autoédition ?Nous pourrons aussi réfléchir à la réception des fictions climatiques en poursuivant les travaux de réception effleurés par Matthiew Schneider-Mayerson dans son article « The Influence of Climate Fiction: An Empirical Survey of Readers » (2018) ; en examinant les pratiques des consommateur.rice.s. de fictions climatiques et en interrogeant leurs liens avec les pratiques, usages et sociabilités de celleux de science-fiction. Fans de science-fiction et de fictions climatiques convergent-ils ?
  • Horizons médiatiques : même si la littérature constitue le champ d’étude privilégié de ce dossier, nous accueillerons toute proposition qui soit à même de lier une étude du corpus littéraire avec des analyses portant sur des œuvres cinématographiques, graphiques ou artistiques.

L’objectif est de scruter ce phénomène plurimédiatique en construction. Les articles pourront relever de toutes les approches critiques et concerner toutes les aires culturelles et/ou linguistiques. Les articles devront être rédigés en français ou en anglais et compteront entre 25 000 et 30 000 signes. Pour tout renseignement complémentaire ou proposition sortant du cadre posé par l’appel, il ne faut pas hésiter à prendre contact avec la directrice du numéro (nadege.perelle@univ-eiffel.fr).


English version

Climate fiction | Call for papers for ReS Futurae Issue n° 21

Issue directed by Nadège Pérelle nadege.perelle@univ-eiffel.fr

Deadlines

Proposals for contributions (approx. 250 words abstracts), accompanied by a brief bio-bibliography, must be submitted for October 15th, 2021 at the latest. After a first selection, a first draft of the articles will be due on May 15th, 2022, feedback from the scientific committee will be received at the end of November 2021 at the latest ; the issue is scheduled for publication as the 21st issue in the second half of 2023.  

Authors are invited to consult the instructions to authors (consignes aux auteurs).

Argument

This call for papers follows the international colloquium of the PARVIS[1] programme « The city in climate fictions »   organised by the I-SITE FUTURE (https://parvis.hypotheses.org/a-propos). Held in May 2021,  it discussed futuristic urban imaginaries (https://parvis.hypotheses.org/2102).

This issue of ReS Futurae offers to study climate fiction, an emerging multi-media genre, recently examined by science fiction studies, notably in the book Science Fiction and Climate Change: A Sociological Approach by Andrew Milner and J.R. Burgmann (2020) as well as in the 136th issue of Science Fiction Studies (November 2018)[2].

Climate fiction: the name of this genre, which first appeared in English (“climate fiction”, abbreviated cli-fi, modelled on the phrase sci-fi as invented by the journalist Dan Bloom in 2007), refers to a vast set of stories involving a direct or indirect consideration of the “new climate regime” (Latour, 2015). Once simply their backdrop, climate has become a trigger in their diegesis, or their main theme. Works of climate fiction range from post-apocalyptic fiction to disaster novels, from scientific thrillers to hard science fiction; but there are also thrillers, noir fiction, romance, young adult literature, and “general literature” (Langlet, 2020). Today scholarship focuses on the origins of the phenomenon, or at least attempts to identify works that may be recategorised as climate fiction. Three pioneering novels fictionalize anthropogenic climate change: Ursula Le Guin’s The Lathe of Heaven (1971); Arthur Herzog’s Heat (1977) and George Turner’s The Sea and Summer (1987) (Goodbody and Adeline Johns-Putra, 2019; Andersen, 2020; Milner and Burgmann, 2020).

Some studies are committed to rereading works which predate the major scientific reports on climate change (The Limits to Growth, otherwise known as “the Meadows Report” (1970), or the first evaluation report of the IPPCC (1990)) as works making up the archive of contemporary cli-fi imaginaries. These works, such as John Steinbeck’s The Grapes of Wrath (1939) (Perrin, 2020) with respect to English-speaking cli-fi and Jules Verne’s works with respect to French cli-fi, constitute a proto-cli-fi. The nineties would see the genre firm up and then grow exponentially in the first two decades of the twenty-first century.

The aim here is to explore different aspects of this protean object, hitherto little studied by French research, particularly its links with science fiction:

Climate fiction as a literary genre: the phrase climate fiction exists in competition with numerous taxonomic substitutes, such as « climate science fiction », « Anthropocene fiction », « climate change fiction », « ecofiction », the genericity of which should be clarified. We will try to clarify whether climate fiction forms a vast and powerful super-genre of « crisis fiction », an autonomous genre, a sub-genre of science fiction, a meta-genre or – another hypothesis – a trans-generic category. How does weighing up these different options shed light on the way contemporary media genericity functions and even renew the way genre is thought ?

The relationship to science fiction: this axis aims on the one hand to study the relationship between cli-fi and sci-fi, and on the other hand how sci-fi studies have contributed to the analysis of these works. Particular attention will be given to the specificities of cli-fi poetics in relation to SF poetics. For instance, we can focus on lexical alterities. More broadly, do the characteristics of SF appear in cli-fi? Is there a cognitive estrangement to be found in climate fictions? What are its triggers and internal regulations? How does giving a literary existence to climate influence the narrative, the vocabulary, the use and location of descriptions within the text?

The relationship to science: we invite you to reflect on the forms through which climate fiction partakes in scientific culture in its narratives, especially with respect to climate science. The focus should be more particularly put on examining and comparing science fiction and climate fiction in their relationship between science and fiction. Is there a hard cli-fi? This would involve putting into perspective the ways in which the scientific discourse on the Anthropocene is integrated from a stylistic point of view. Along the same lines, particular attention could be given to the « effects of science » in these stories, the list of which could be made, especially in relation to climatology. Climate should at last come into consideration: where does the very idea of climate end? How can one give a literary existence to something as complex, polymorphic, systemic and out of scale as “climate”? Similarly, a parallel could be drawn between the history of science (or that of discourses on science) and the literary history of cli-fi.

A literary history of cli-fi: a media genealogy and mediatised genealogy of the genre has been elaborated in the last ten years. It has been built by academics and their works, from Adam Trexler’s Anthropocene Fictions: The Novel in a Time of Climate Change (2015) to Claire Perrin’s thesis “Drought and Climate Change in American Novels from John Steinbeck to Cli-Fi” (2020), as well as by its consumers. However, this genealogy is a matter of debate. It is necessary to strengthen the history written on the imagining of climate. When was the genre born? Some titles do stand out: The Epic of Gilgamesh, Jules Verne’s The Purchase of the North Pole, John Steinbeck’s The Grapes of Wrath, J.G. Ballard’s Apocalyptic Quadrilogy, etc. What are the corpuses and what are the methodologies used to identify them? What about the meta-narrative which the history of cli-fi, still in the making, is becoming ?

A literary field in formation: we wish to initiate a cartography of the genre and its contributors. Who are the authors of climate fiction: scientists, scholars, climate activists? In which publishing companies and in which collections are these works published?  What is the place of self-publishing? We could also think about the reception of climate fiction by taking up the work on reception outlined by Matthew Schneider-Mayerson in his article « The Influence of Climate Fiction: An Empirical Survey of Readers » (2018); by examining the practices of climate fiction readers and by looking at how they can be compared with the practices, uses and sociabilities of science fiction fans. Are science fiction fans and climate fiction fans the same?

– Media horizons: although the focus of this issue is literature, any proposal linking the study of any literary corpus with an analyis of cinematographic, graphic or artistic works is welcome.

The aim is to examine this multi-media phenomenon under construction. The articles may be based on any critical approach and concern any cultural and/or linguistic area. Articles should be written in French or English and should be between 25,000 and 30,000 characters long. For further information or proposals outside the scope of the call, please contact the director of the issue (nadege.perelle@univ-eiffel.fr).

Fiction (liste indicative)

  • Andrevon Jean-Pierre, Retour à la Terre (3 vol.), Paris : Denoël, 1975-1977.
  • Atwood Margaret, Le Dernier Homme (Oryx And Crake, 2003), traduit de l’anglais par Michèle Alabaret-Maatsch, Paris : Robert Laffont, 2005.
  • Atwood Margaret, Le Temps du déluge (The Year of the Flood, 2009), traduit de l’anglais par Jean-Daniel Brèque, Paris : Robert Laffont, 2009.
  • Atwood Margaret, MaddAddam (2013), traduit de l’anglais par Patrick Dusoulier, Paris : Robert Laffont, 2014.
  • Bacigalupi Paolo, Ferrailleurs des mers (Ship Breaker, 2010), traduit de l’anglais par Sara Doke, Paris : J’ai Lu, coll. « Science- Fiction », 2018.
  • Bacigalupi Paolo, La Fille automate (The Windup Girl, 2009), traduit de l’anglais par Sara Doke, Paris : J’ai Lu, coll. « Science- Fiction », 2013.
  • Bacigalupi Paolo, Water Knife (The Water Knife, 2015), traduit de l’anglais par Sara Doke, Paris : J’ai Lu, coll. « Science-Fiction », 2018.
  • Ballard James Graham, The Wind from Nowhere, London, Berkley, 1962.
  • Ballard James Graham, The Drowned World, London, Berkley, 1962.
  • Ballard James Graham, The Burning World, London, Berkley, 1964.
  • Ballard James Graham, The Crystal World, London, Berkley, 1966.
  • Baqué Joël, La Fonte des glaces, Paris : P.O.L., 2017.
  • Barnes John, La Mère des tempêtes (Mother of Storms, 1994), traduit de l’anglais américain par Jean-Daniel Brèque, Paris : Robert Laffont, 1998.
  • Butler Octavia, La Parabole du semeur (Parable of the Sower, 1993), traduit de l’anglais par Philippe Rouard, La Laune : Au Diable Vauvert, 2001.
  • Christopher John, Terre brûlée (No Blade of Grass/ The Death of Grass, 1956), traduit de l’anglais par Alain Dorémieux, Paris : Le Livre de Poche, coll. « SF », 1979.
  • Crichton Michael, État d’urgence (State of Fear, 2004), traduit de l’anglais par Patrick Berthon, Paris : Robert Laffont, 2005.
  • Herzog Arthur, Heat, New York : Simon and Schuster, 1976.
  • Kingsolver Barbara, Dans la lumière (Flight Behavior, 2012), traduit de l’anglais par Martine Aubert, Paris : Éditions Payot et Rivages, 2013.
  •  Kingsolver Barbara, Unsheltered, Londres : Faber and Faber, 2018.
  • Legendre Nathalie, Mosa Wosa, Nantes : L’Atalante, 2015.
  • Le Guin Ursula, The Lathe of Heaven, Gollancz, 1971
  • Ligny Jean-Marc, AquaTM, Nantes : L’Atalante, 2006.
  • Ligny Jean-Marc, Exodes, Paris : Gallimard, 2012.
  • Ligny Jean-Marc, Semences, Nantes : L’Atalante, 2015.
  • Maja Lunde, Bleue (Bla, 2017), traduit du norvégien par Marina Heide, Paris : Presses de la Cité, 2019.
  • McEwan Ian, Solaire (Solar, 2010), traduit de l’anglais par France Camus-Pichon, Paris : Gallimard, 2011.
  • Rich Nathaniel, Paris sur l’avenir (Odds Against Tomorrow, 2013), traduit de l’anglais par Camille de Chevigny, Paris : Éditions du Sous-sol, 2015.
  • Robinson Kim Stanley, La Trilogie martienne (Mars Trilogy), traduit de l’anglais par Michel Demuth et Dominique Haas, Paris : Omnibus, 2012.
  • Robinson Kim Stanley, Green Earth (The Science in the Capital), Del Rey, 2015.
  • Robinson Kim Stanley, 2312 (2012), traduit de l’anglais par Thierry Arson, Arles : Actes Sud, coll. « Babel », 2019.
  • Robinson Kim Stanley, New York 2140 (2017), traduit de l’anglais par Thierry Arson, Arles : Actes Sud, 2019.
  • Silverberg Robert, Ciel brûlant de minuit (Hot Sky at Midnight, 1993), traduit de l’anglais américain par Patrick Berthon, Paris : Robert Laffont, 1995.
  • Spinrad Norman, Bleue comme une orange (Greenhouse Summer, 1999), traduit de l’anglais par Roland C. Wagner, Paris : J’ai lu, 2004.
  • Touzot Pierre-Yves, Terre lointaine, Nantes : Amalthée, 2008.
  • Turner George, The Sea and Summer, Londres : Faber and Faber, 1987.
  • Vaye Watkins Claire, Les Sables de l’Amargosa (Gold Fame Citrus, 2015), traduit de l’anglais par Sarah Gurcel, Paris : Albin Michel, 2017.
  • Wright Ronald, Chronique des jours à venir (A Scientific Romance, 1997), traduit de l’anglais par Henri Theureau, Arles : Actes Sud, 2007.

Ressources critiques (sélection)

  • Afeissa Hicham-Stéphane, « Imaginaire du dernier homme et éthique environnementale », Raison publique, n° 17, hiver 2012, p. 33-46.
  • Andersen Gregers, Climate Fiction and Cultural Analysis: A New Perspective on Life in the Anthropocene, Routledge, New York, 2019.
  • Buell Frederick, From Apocalypse to Way of Life, Londres et New York : Routledge, 2003.
  • Chelebourg Christian, Les Écofictions. Mythologies de la fin du monde, Bruxelles : Les Impressions Nouvelles, 2012.
  • Clode Danielle et Stasiak Monika, « Fictional Depictions of Climate Change », International Journal of Climate Change, vol. 5, n° 4, 2014, p. 19-29.
  • Dahlstrom Michael F., « Using Narratives and Storytelling to Communicate Science with Nonexpert Audiences », PNAS, vol. 111, septembre 2014, p. 13614-13620.
  • Deliu Ana-Maria, « The Anthropocene and the Global Environmental Crisis. Rethinking Modernity in a New Epoch », Metacritic Journal for Comparative Studies and Theory, vol. 3, n° 1, p. 226-231.
  • Evans Rebecca, « Fantastic Futures?: Cli-fi, Climate Justice, and Queer Futurity », Resilience: A Journal of the Environmental Humanities, vol. 4, n° 2, 2017, p. 94-110.
  • Fassbinder Samuel Day, « The Literature of the Anthropocene: Four Reviews », Capitalism, Nature, Socialism, vol. 28, n° 1, mars 2017, p. 139-148.
  • Fiskio Janet, « Apocalypse and Ecotopia: Narratives in Global Climate Change Discourse », Race, Gender & Class Journal, vol. 19, n° 1/2, 2012, p. 12-36.
  • Ghosh Amitav, The Great Derangement. Climate Change and the Unthinkable, Chicago : The University of Chicago Press, 2016.
  • Goodbody Axel et Johns-Putra Adeline, Cli-fi, A Companion, Oxford : Peter Lang, 2019.
  • Johns-Putra Adeline, « Climate Change in Literature and Literary Studies: From Cli-fi, Climate Change Theater and Ecopoetry to Ecocriticism and Climate Change Criticism », WIREs Climate Change, vol. 7, 2016, p. 266-282.
  • Johns-Putra Adeline (éd.), Climate and Literature, Cambridge : Cambridge University Press, 2019.
  • Kaplan E. Ann, Climate trauma: foreseeing the future in dystopian film and fiction, New Brunswick New Jersey : Rutgers University Press, 2015.
  • Lafontaine Tania, Science Fiction Theory and Ecocriticism: Environments and Nature in Eco-dystopian and Post-apocalyptic Novels, Sarrebruck, Allemagne : LAP Lambert, 2016.
  • Langlet Irène, « Cli-fi & Sci-fi. Littératures de genre et crise climatique », La Vie des idées, [en ligne], 7 juillet 2020, [consulté le 1er juillet 2021], URL : https://laviedesidees.fr/Cli-fi-Sci-fi.html
  • Latour Bruno, Face à Gaïa : huit conférences sur le nouveau régime climatique, Paris, La Découverte, 2015.
  • Mehnert Antonia, Climate Change Fictions: Representations of Global Warming in American Literature, Bâle, Suisse : Springer International Publishing, 2016.
  • Milner Andrew, et al. « Ice, fire and flood: Science fiction and the Anthropocene », Thesis Eleven, vol. 131, n° 1, 2015, p. 12-27.
  • Paik Peter Y., From Utopia to Apocalypse. Science Fiction and the Politics of Catastrophe, Minneapolis : University of Minnesota Press, 2010.
  • Perrin Claire, La sécheresse et le changement climatique dans les romans états-uniens de John Steinbeck à la cli-fi, thèse d’études anglophones, sous la direction de Pascale Amiot et Bénédicte Meillon, université de Perpignan Via Domitia, soutenue en décembre 2020.
  • Rumpala Yannick, Hors des décombres du monde : écologie, science-fiction et éthique du futur, Ceyzérieu : Champ Vallon, 2018.
  • Schneider-Mayerson Matthew, « The Influence of Climate Fiction: an Empirical Survey of Readers », Environmental Humanities, vol. 10, n° 2, 2018, p. 473-500.
  • Szabo Ellen Briana, Saving the World One Word at a Time: Writing Cli-Fi, CreateSpace :  Independent Publishing, 2015.
  • Trexler Adam, Anthropocene Fictions: The Novel in a Time of Climate Change, Charlottesville: University of Virginia Press, 2015.

[1] Colloque Parvis : https://parvis.hypotheses.org/category/colloque

[2] Science Fiction Studies : https://www.depauw.edu/sfs/

RESF 17 : Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction

Prendre en compte la dynamique propre de la science-fiction, ses procédés de concrétisation de novums visuels et de mise en récit d’étrangetés pourtant si familières, c’est se donner la possibilité d’explorer certaines spécificités de l’art cinématographique, mais c’est aussi identifier ce que ce cinéma apporte, en propre, à une science-fiction moins transcendante qu’elle n’y paraît, et qui vit de ses incarnations singulières. Ce numéro de ReS Futurae entend apporter de nouveaux éclairages sur cette relation toujours plus féconde.

Comité de rédaction de Res Futurae

Éditorial

Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction

Sous la direction de Simon Bréan et Daniel Tron

Simon Bréan

Cinéma/Science-fiction : vers un changement de paradigme critique ?  – Cinema/Science Fiction: towards a critical paradigm shift?

Gaspard Delon

Blockbuster de science-fiction : étendue, extension, morcellement du territoire – Science fiction blockbuster: extent, expansion, fragmentation of the field

Marianne Kac-Vergne

Le féminisme au secours des franchises de science-fiction : le cas de Mad Max : Fury Road (2015) et Ghostbusters (2016) Can feminism relaunch a science fiction franchise? An analysis of Ghostbusters (2016) and Mad Max: Fury Road (2015)

Orlane Glises de la Rivière

Représentations du temps et de l’espace en science-fiction : du roman à l’écran – Representation of time and space in science-fiction: from books to films

Emmanuel Buzay

De la bibliothèque au « Tesseract » : une représentation borgésienne de la littérature dans le film de Christopher Nolan Interstellar (2014)  – From the library to the “Tesseract”: a Borgesian representation of literature in Christopher Nolan’s Interstellar (2014)

Simon Bréan

Filiation et novum temporel : le cas d’Interstellar et d’Arrival – Filiation and temporal novum: a case study of Insterstellar and Arrival

En direct de Science Fiction Studies

Robert Yeates

Décadence urbaine et Hors-la-loi sexuels dans l’univers de Blade Runner – Urban Decay and Sexual Outlaws in the Blade Runner Universe

Siobhan Carroll

Perdus dans l’espace : survivre à la mondialisation dans Gravity et Seul sur Mars – Lost in Space: Surviving Globalization in Gravity and The Martian

En direct de Foundation

Andrew M. Butler

Les mythes défigurés : la destruction de Londres dans les films de science-fiction post-millénaires – Disfigured Myths: The Destruction of London in Postmillennial SF Film

Samantha Kountz

Nous venons en paix : l’immigration dans les films de science-fiction après la Guerre Froide – We Come in Peace: Immigration in Post-Cold War Science Fiction Film

Comptes rendus

Jérôme Goffette

Elaine Després, Le Posthumain descend-il du singe ? Littérature, évolution et cybernétique (2020)

RESF 20 Théorie(s) de la science-fiction (CFP)

Appel à publication pour le n°20 de ReS Futurae

Dossier : Théorie(s) de la science-fiction

Dossier dirigé par Irène Langlet (univ. Gustave Eiffel)

Contact : irene.langlet@u-pem.fr

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent parvenir à la responsable le 10 septembre 2021 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 1er mars 2022, pour une parution au deuxième semestre 2022.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs

Lire l’appel sur le site de la revue.

Appel à contributions

La revue ReS Futurae fêtera bientôt ses dix années d’existence. En 2012, son premier numéro fut lancé autour d’un dossier intitulé « Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui ». Le vingtième numéro (2e semestre 2022) donnera l’occasion de faire le point sur différentes notions critiques et théoriques telles qu’elles ont été abordées, évoquées ou discutées, en tout cas toujours utilisées pendant ces dix ans. Le panorama des études sur la SF était nécessaire lors du lancement d’une revue qui voulait s’y consacrer ; en 2022, il ne s’agira plus tant de réitérer cette cartographie académique des études sur la SF que de prendre de front, en tant que tel, le corpus théorique et critique dont nous voulons promouvoir l’installation durable dans ce paysage académique. Continuer la lecture de RESF 20 Théorie(s) de la science-fiction (CFP)

Séminaire doctoral SF 2021

Le séminaire doctoral a pour objectif de constituer un espace d’auto-formation et de dialogues scientifiques, entre des doctorants et doctorantes travaillant sur la science-fiction et des répondants qui apporteront un regard critique et scientifique sur les communications. Il se tiendra de janvier à juin 2021 une fois par mois,  en ligne puis dès que possible à l’Université Gustave Eiffel. Il accueillera à deux reprises le comité éditorial de la revue ReS Futurae, dirigée par Irène Langlet. L’objectif de cette intégration au séminaire est de créer un cadre de rencontres entre l’équipe doctorale du séminaire et des chercheurs et chercheuses experts en science-fiction, afin que se tisse un dialogue scientifique pour irriguer les réflexions de la revue et les recherches doctorales. Ce partage de compétences permettra également aux doctorants et doctorantes de se former sur le plan éditorial et scientifique.

Organisatrices : Margot Châtelet et Nadège Pérelle, doctorantes contractuelles sous la direction d’Irène Langlet, à l’université Gustave Eiffel (ED Cultures et Sociétés, EA LISAA).

I. Programme

Séance 1 : Les grands textes théoriques de la science-fiction

Jeudi 28 janvier 2021, 14h-17h. En ligne. Inscription : seminairedoctoral-sf@u-pem.fr

La vocation de la première séance du séminaire est de présenter les fondations de la théorie littéraire science-fictionnelle. Chaque doctorant prend en charge une communication qui présente un article ou chapitre d’ouvrage d’un théoricien canonique dans la définition et la problématisation du genre.

Invités : Romain Bionda et Frédéric Guignard (doctorants à l’université de Lausanne).

Répondant : Simon Bréan, maître de conférence en littérature française à Sorbonne Université.

Séance ReSF 1

Date : Semaine 6 – vendredi 12 février 2021

Séance 2 : Hard science, soft science et science-fiction

Date : vendredi  19  mars 2021, 9h30-13h

En ligne. Inscription : seminairedoctoral-sf@u-pem.fr

Cette séance vise à explorer les relations entre sciences et science-fiction et ce au regard des disciplines convoquées dans les corpus respectifs  des membres de l’équipe doctorale.

Sciences climatiques : Nous tisserons des liens entre les fictions climatiques et les sciences étudiant le climat et l’environnement : géosciences, sciences climatiques, écologie, océanographie, météorologie, biologie, chimie, physique, mathématiques. Nous tenterons de formuler des hypothèses autour des questions suivantes : Comment la climate fiction met en récit les connaissances scientifiques? A quels savoirs scientifiques les auteurs de cli-fi ont-ils recours? Quel traitement la climate fiction fait-elle des connaissances scientifiques? Vulgarisation? Extrapolation? Prospective? Quelle place a le vocabulaire/lexique des sciences du climat dans la cli-fi?

Sciences politiques et sciences sociales : Nous croiserons les méthodologies de la littérature et de la sociologie, afin d’interroger un corpus science-fictionnel affirmant sa portée politique. Ainsi, nous nous appuierons à la fois sur les théories de la lecture et de la réception, sur la sociocritique et sur la notion de communauté interprétative, selon trois axes : l’orientation de l’interprétation politique du lecteur, les représentations et enjeux socio-politiques d’une époque qui traversent les œuvres, et la construction du sens des œuvres infléchie par l’appartenance du lecteur à des communautés sociales et politiques.

Invités : Amir Arab Pour, doctorant à l’université Gustave Eiffel, laboratoire LISAA

Kevin Pelladeaud, doctorant à l’Université Grenoble Alpes, laboratoire Litt&Arts

Répondant : Hugues Chabot, maître de conférences en Histoire des Sciences à l’Université Claude Bernard Lyon 1, LIRDHIST

Séance 3 : Science-fiction et études de genre

Vendredi 16 avril 2021, 9h30-12h30.

Le séminaire sera animé par Frédéric Guignard, doctorant en première année à l’Université de Lausanne, sous la direction de Dominique Kunz Westerhoff et Irène Langlet.

Cette séance explorera la science-fiction à l’aune des études de genre. En partant du constat que la science-fiction est un champ culturel historiquement à dominante masculine, nous tenterons de comprendre le changement de paradigme impulsé à la fin des années 60 par la science-fiction féministe et la thématisation d’enjeux genrés jusque là naturalisés. Nous nous attarderons sur quatre aspects : la spécificité du champ francophone et sa tardive perméabilité aux imaginaires féminins ; les fictions climatiques non pas comme genre de l’Anthropocène mais de l’Androcène ; la politisation du corps et de la sexualité via leur représentation littéraire ; la possibilité d’une science-fiction féministe et queer à travers la figure du cyborg, jusque dans le cinéma grand public.

Invité : César Calamel Duprey (doctorant à l’université Paris Nanterre)

Répondante : Hélène Breda (maîtresse de conférence en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13)

Séance 4 : Science-fiction et médias

MAJ : Vendredi 28 mai 2021, 14h-17h.

Face à l’intermédialité inhérente au genre science-fictionnel, les doctorants voudraient établir un état des lieux des théories critiques disponibles sur les médias de leurs corpus.

Nadège Pérelle interrogera la cli-fi en tant que genre intermédiatique, les fictions climatiques s’articulant entre le romanesque, le cinématographique, le télévisuel, le musical, le visuel, le graphique, le radiophonique, le vidéoludique et le théâtral. Bien que la recherche académique ait consacré une grand majorité de ses travaux à la cli-fi littéraire, il nous semble que le syntagme générique “climate fiction” majoritairement utilisé par les consommateurs, producteurs, critiques et universitaires renvoie à un ensemble de matrices narratives, esthétiques, thématiques et symboliques propres à un réseau d’oeuvres intermédiatiques prenant pour objet un faisceau de problématiques liées au nouveau régime climatique.

Aurélie Huz dressera un parcours de l’histoire culturelle et intermédiatique de la SF en France de 1970 à 2000 environ, en articulant trois moments (un par décennie): le moment contre-culturel et politique des années 1970, le moment de diversification/légitimation culturelle des années 1980 parallèlement à la montée en puissance des industries culturelles, et le moment du numérique et des nouvelles images (années 1990), qui rebat la donne des rapports de force entre médias et imaginaires SF.

La communication d’Héloïse Brézillon, intitulée « La science-fiction sonore : quand l’intermédialité fait émerger un nouveau sous-genre littéraire », interrogera la science-fiction sonore, c’est-à-dire toutes les tentatives science-fictionnelles de mêler le son au récit écrit. Elle fera un tour d’horizon de ces expérimentations intermédiales, extraits audio à l’appui, et elle posera les questions de leurs enjeux et de leurs potentialités.

La communication de Frédéric Guignard portera sur le statut déjà ambigu du média texte en science-fiction qui laisse voir et entendre d’autres médias via des signes limites (formes géométriques, litanies). Il s’agira de revenir au texte de Jürgen E. Müller pour montrer que l’intermédialité ne se fond pas dans le multimédia mais qu’elle interroge la nature monomédiatique de récits pris dans des macro- et des mega-textes, et le caractère déjà intersémiotique des textes de l’imaginaire.

Invités : Héloïse Brézillon (doctorante en création-recherche à l’université de Cergy-Pontoise), Aurélie Huz (maîtresse de conférence en langue et littérature françaises à l’université Paris Nanterre) et Frédéric Guignard, doctorant de l’université de Lausanne.

Répondant : Matthieu Letourneux (professeur de littérature et directeur du Master recherche en littérature française et comparée à l’université Paris Nanterre)

Séance 5 : Science-fiction et fandom

Date à confirmer : vendredi 4 juin 2021, 14h-16h30.

Il s’agira dans un premier temps d’interroger la diffusion du savoir science-fictionnel, qui se construit comme savoir hybride faisant dialoguer culture des fans et méthodologies universitaires : quel positionnement adopter dans cette culture à la fois scientifique et populaire de la science-fiction ? Dans un deuxième temps, la communication s’orientera vers la culture participative, à savoir la manière dont le fandom s’empare des univers qu’il chérit, afin d’en proposer des fanfictions, des remakes, des prolongements d’univers, et ce en utilisant tous les médias mis à leur disposition. Ainsi, nous serons amenés à débattre des notions de corpus multi-auctorial et d’univers partagés.

David Peyron, à partir de ses travaux sur la culture geek, sur les subcultures de fans et sur les liens entre identité et fiction dans les communautés de passionnés, montrera en quoi le fandom de la science-fiction constitue un contexte matriciel pour de nombreuses pratiques contemporaines. Dans un premier temps, nous verrons que ce qu’on nomme culture geek est en réalité une convergence historique de divers éléments culturels qui trouvent justement leurs racines dans les premiers temps du fandom SF. Ensuite, justement, il sera question des origines de cette communauté spécifique qui se situent aux États-Unis dans les années 1920/1930 autour de la culture pulp. On pourra déjà y observer un fort sens de la communauté autour d’un genre en pleine expansion, les traces d’une culture participative montante et la mise en place de réseaux de sociabilité (conventions, lieux de réunions, fanzines, etc.). Nous verrons ensuite les liens entre ce fandom SF historique et d’autres mouvements comme l’informatique, le jeu de rôle, le jeu vidéo, tout cela menant à la culture geek contemporaine et aussi au rôle fondamental de la culture ludique et d’internet comme support de participation et de création dans ce mouvement.

Margot Châtelet s’interrogera sur le statut de l’auctorialité dans les univers transmédiatiques partagés, qui sont un ensemble d’oeuvres multimédiatiques et multiauctoriales se déroulant dans un même univers fictionnel (Besson, 2016). Cette communication aura un double objectif : interroger le statut auctorial du fandom (Lata, 2017) qui s’approprie un univers science-fictionnel pour en proposer des adaptations ou des prolongements d’univers, et questionner le vaste concept d’auteur ainsi que son bouleversement en régime médiatique dans de tels phénomènes de création collective (Neeman, Meizoz, Clivaz, 2001 ; Bouju (dir.) 2016). Cette réflexion s’appuiera sur l’exemple paradoxal d’un auteur SF contemporain, Alain Damasio, dont la posture d’auteur conjugue sacralisation (Bénichou, 1973) par le fandom et encouragement à l’investissement créatif de ce fandom dans son univers fictionnel. Cette participation active contribue in fine à l’esquisse d’une communauté esthétique multiauctoriale et à la construction identitaire de cette communauté en tant que sub-, voire contre-culture (François, 2016 ; Peyron 2014).

 

Nadège Pérelle étudiera la climate fiction à l’aune des études de fans, bien que le genre semble jusqu’à maintenant échapper aux pratiques de réappropriations faniques comme les fanfictions pourtant centrales dans l’approche proposée par les Fan Studies. L’enjeu sera d’explorer les manières dont les communautés de consommateurs et de fans de fictions climatiques contribuent à la formation du genre en tant que “culture participative” et ce en contexte de révolution numérique de la culture médiatique. Nous nous pencherons en particulier sur les activités faniques – principalement numériques – leurs natures et leurs rôles.

Invité : David Peyron (maître de conférence en sciences de l’information et de la communication à l’université d’Aix-Marseille).

Répondante : Mélanie Bourdaa (maîtresse de conférence HDR en sciences de l’information et de la communication à l’université Bordeaux 3).

Séance ReSF 2

Dates : Semaine 23 – vendredi 11 juin 2021

Illustration : Gwendal Briec

RESF 16 Fictions de mondes possibles : les formes brèves de la science-fic tion

Crédits : Barbara A Lane
Sous la direction de Yves Iehl et Jean Nimis

Les formes brèves (récit ou épisode de série TV) qui mettent en jeu la science-fiction présentent l’intérêt de déployer des univers possibles sous une forme kaléidoscopique. Ainsi, notre « habitation dans le monde » se trouve interrogée par la multiplication de ces points de vue du futur et des « perspectives anticipatrices » qui en proposent un aperçu.
 

SF pandémiques

Bibliographie primaire, chronologique, semi-brute, sans commentaire ou presque. Contributions in progress: A. Arnal, S. Bréan, G. Bormand, E. Després, P. Ethuin, T. Geha, L. Gerbier, C. Hummel, J.-N. Lafargue, I. Langlet, M. Lemosquet, E. Picholle, C. Sidre, J. Wintrebert...

Une autre liste peut être téléchargée sur le site du speed-colloque de Figura à Montréal (syllabus en anglais).

Epheyre Charles, « Le Microbe du professeur Bakermann. Récit des temps futurs »,  Revue politique et littéraire, 1890, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2148218/f101.item Un savant trouve le moyen de rendre  mortel et très contagieux un microbe jusque-là sans danger. Après que sa femme a absorbé le virus par erreur, celui-ci se répand et prend l’ampleur d’une terrible pandémie. Le savant devient un héros en procurant l’antidote. (humoristique).

Bruyère, Jean, « La peste rouge », in La Science illustrée, n°530-532, 1898 [Un savant a mis au point la peste rouge visant à réduire la population afin de lutter contre la pauvreté ainsi qu’un sérum… qui n’est pas efficace]

Allais, Alphonse, « L’Antifiltre du Captain Cap ou un nouveau moyen de traiter les microbes comme ils le méritent », Le Captain Cap, Juven, 1902 [A force de combattre les microbes ceux-ci deviennent résistants à tous les traitements]

Halévy, Daniel, Histoire de quatre ans, 1997-2001, Cahiers de la Quinzaine, Paris, 1903 [Dans la seconde partie de ce roman, une épidémie cause des millions de victimes et bouleverse la société]

Bersonnet, Paul, « Alphas Stebrick », in Le Monde moderne, Librairie Félix Juven, 1906 [Un savant fou se venge en lançant sur Paris le microbe B.H.C. qui se transmet par le toucher et tue des milliers de personnes].

London Jack, La Peste écarlate (The Scarlett Plague, 1912) [Après une épidémie, une nouvelle société apparaît]

Mac Orlan, Pierre, Le Rire jaune, Albert Méricant, 1914 [Un mal mystérieux provoque un rire épidémique mortel menaçant l’ensemble de l’humanité]

Rosny aîné, La Force mystérieuse, Plon, 1914 [pandémie de pulsions carnivoristes en contrecoup d’une maladie de la lumière]

Léonard, François, La Conquête de Londres, Editions Atar, Genève, 1917 [Une histoire de guerre future au cours de laquelle se déclare une épidémie qui coupe court à une révolution à Londres]

Bigot Raoul, « Le fer qui meurt », Lectures pour tous, 1918.  Un savant trouve le moyen de désagréger le fer ; cet état d’instabilité est contagieux et détruit les infrastructures européennes, permettant la paix. (rêve)

 

Sibrès, Abel, Grippe espagnole?… Collection « Romans populaires », n°94, 1921 [La dispersion d’un gaz microbien serait à l’origine de la grippe espagnole dans ce roman relevant de l’histoire secrète]

Allorge, Henri, Ciel contre terre, Bibliothèque de la jeunesse, Librairie Hachette, 1924 [Les Martiens menacent les Terriens de les détruire en répandant des épidémies]

Delteil, Joseph, Les Cinq sens, Bernard Grasset, 1924 [Une épidémie de peste ravage Paris dans un futur proche]

Féval fils, Paul et Magog, H.-J., Le faiseur de folles (série Les Mystères de demain), Éditions J. Ferenczi et Fils, Paris, 1924 [Un savant fou répand le « microbe de la folie » afin de conquérir le monde]

X, Professeur, La guerre microbienne, la fin du monde, Jules Tallandier, Paris, 1923 [Les Allemands lâchent sur la France, la Belgique et le Royaume-Uni un virus afin d’échanger le vaccin contre la victoire mais l’épidémie devient incontrôlable]

Saint-Granier, La république des muets, Le Livre joyeux, éditions de France 1925 [Un germe microbien allemand se répand à Paris rendant tous les habitants muets]

Daudet Léon, Le Napus, Fléau de l’an 2227, Flammarion, 1927

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k812817 Dans un lointain futur, les gens se mettent à se volatiliser (« N’a pu », comme disent les enfants). C’est sans doute lié à l’excès de vibrations électriques du confort moderne.  Les différents pays réagissent de manière désordonnée, au fil de remarques caricaturant « l’esprit » des nations selon le point de vue de Daudet. (parodique)

Jasienski, Bruno, Je brûle Paris, Ernest Flammarion, 1929 [Une épidémie de peste lancée à Paris par un sans emploi conduit à la création de républiques populaires]

D’Agraives Jean, Le Virus 34, Cosmopolites, 1930. [Aventures, marine à voile, littérature jeunesse ; un virus détruit le blé.]

Aymé, Marcel, « Pastorale », Lire de l’inédit, n° 1, 15 août, 1931, Éditions du Tambourin ; dans le recueil Le puits aux Images, NRF Gallimard, Paris, 1932 [La population est décimée par le gouvernement au moyen de virus et d’épidémies conçu en laboratoire]

Mitlser, Jean, « L’inquiet », in La Maison dudocteur Clifton, Éditions Emile-Paul Frères, 1931 [Un savant découvre dans les microbes la raison de la disparition passée d’espèces, en attendant que ce soit le tour de l’humanité]

Régis, Herbert, L’Eclipse, Denoël, 1939 [Une épidémie qui détruit le nerf optique touche peu à peu l’humanité entière. La société s’en trouve modifiée]

Schachner Nat, « Tout le monde s’en fout » (« Worlds Don’t Care », 1939), in L’Homme dissocié, trad. G. Gallet, J’ai Lu, 1973 [Une peste venue du fond de l’espace frappe les populations martiennes mais épargne les populations terriennes et vénusiennes. Les Martiens sont déportés en masse sur Japhet]

Feltz, Jean-Michel, « Le microbe X », Ok Magazine n°66, Bruxelles, 1946 [Une météorite contient un microbe attaquant les os des contaminés]

Stewart George, La Terre demeure (Earth Abides, 1949 ; Un pont sur l’abîme), trad. J. Fournier-Pargoire, Hachette, 1951. [pandémie, d’origine inconnue, décime la majeure partie de la population nord-américaine (et sans doute celle de toute la planète)]

Martin, Gaston, La Nuit tous les chats sont gris, collection « Les aventures de Zodiaque », n° 8, Les Éditions de Neuilly,1950 [Un laboratoire crée un virus capable de contaminer toute la France en moins de huit jours afin de vendre l’antidote mais le virus est volé]

Brunner John, Entry to Elsewhen Host Age (New Worlds SF, 1955) [militaires voyageurs du temps tentent d’impanter virus alien sur population encore robuste pour éviter hécatombe future]

Wallace Floyd L., Le Virus du Nevada (The Nevada Virus, 1957), Fiction n° 68, OPTA, juillet 1959. [Première parution : Venture Science Fiction Magazine, septembre 1957. Une ville en quarantaine, un homme avide de jeunesse, un virus faustien.]

Fernez André, Virus H-84, 1959. [Série Nick Jordan, agent secret chez Marabout, concurrent de Bob Morane. 3è vol.]

Budrys Algis, Le Prophète perdu (Some Will Not Die, 1961), Presses de la Cité, 1976 [Amérique ravagée par une monstrueuse épidémie qui l’a laissé exsangue ; survivalisme militarisé]

Klein Gérard, « Les Virus ne parlent pas », Fiction spécial n° 12 : S.F. Made in France, août 1967. [un savant explique comment il a compris que nous sommes, à l’instar de la faune et de la flore, les machines plus ou moins perfectionnées de ceux qui nous ont façonnés : depuis certaines considérations génétiques ont énormément modifié la portée de ce texte. (Ecken)]

Silverberg Robert, Brunner John, Yarbro Chelsea Quinn, Au-delà de la porte des mondes (VO : 1991) [3 novellas situées dans le monde de La Porte des mondes (Silverberg, VO 1967): uchronie suivant la peste noire qui a décimé l’Europe]

Crichton Michael, La Variété Andromède (The Andromeda Strain, 1969) trad. fr. G. Messadié, Paris, Robert Laffont, 1970. [Un satellite rapporte sur Terre une bactérie extra-terrestre qui décime l’humanité. Quatre savants enfermés dans un abri cherchent une parade au fléau.]

Andrevon Jean-Pierre, « Le caillou de mars », in Cela se produira bientôt, PdF n°135, Denoël, 1971. [Une expédition Américaine ramène un roche de Mars contenant un virus extrêmement toxique. Prés de la moitié de l’humanité va ainsi finir complètement déshydratée avant la découverte d’un sérum.]

Brunner John, Virus (The Stone That Never Came Down, 1973), traduction de Philippe Sabathé, Presses De La Cité, 1976. [Première parution : Amazing Stories. Un virus de l’intelligence.]

Barjavel René, Le grand secret, Pocket, 1974. [virus d’immortalité sur une île secrète.]

King Stephen, Le Fléau (The Stand, 1978 / 1990), traduit par Jean-Pierre Quijano, Livre de Poche, 1981 / 1991.

Cussler Clive, Vixen 03 (1978), trad. R. Bre, Laffont, 1980. [thriller ; un Boeing de l’armée américaine disparu en 1954. À bord, des barils contenant une culture de bacilles de la peste, particulièrement virulente. 30 ans plus tard, des terroristes s’emparent et menacent Washington]

Cravens Gwyneth, Marr John S., La Peste à New York, trad. de l’anglais (États-Unis) par Marie-Lise Marlière, Gallimard, 1978. [« n’est pas un roman de science-fiction ni de politique-fiction. C’est le récit d’un cataclysme imaginaire, écrit par une journaliste et un médecin, parfaitement documenté. » Course contre la montre, effroyables mesures de décontamination]

Herbert Frank, La Mort blanche (1982), trad. J. Polanis, Laffont, coll. A&D, 1983. [un biologiste moléculaire, fou de douleur, fabrique seul une arme bactériologique : la « peste blanche », qui tue les femmes, sans remède ; « Qui aura le sérum et qui ne l’aura pas ? Qui aura les femmes et cetera, et cetera… » (…) accouchement du nouveau monde et à ses premiers pas (possibilité de vaincre le cancer, de vivre 5 000 ans, cette espèce d’écofascisme de pénurie qui semble s’installer sous la poigne militaire) reste dans un flou artistique qui frustre (Andrevon)]

Bear Greg, La Musique du sang (Blood music, 1985), Folio SF, 2005. [biochips de propagation fulgurante transforment la réalité ; intertitres selon stades de la mitose.]

McCaffrey Anne, Histoire de Nerilka (1985), cycle de la « Ballade de Pern », trad. S. Hilling, Pocket, 1991. [l’épidémie ravage la planète Pern. Nerilka se sacrifie pour trouver le sérum, elle renonce au mariage, en fin de compte épousera le seigneur]

Vonnegut Kurt, Galapagos (1985), Grasset, 1987. [Un virus qui s’attaque aux ovaires rend l’ensemble de l’humanité stérile à l’exception de quelques individus échoués sur les îles Galapagos, qui donnent naissance à une humanité bien différente, 1 million d’années plus tard.]

Willis Connie, « Le Dernier des Winnebago » (« The Last of the Winnebagos », 1988), in Aux confins de l’étrange, trad. Jean-Pierre Pugi , J’ai Lu, 1993. [tous les chiens de la Terre ont été éradiqués par un virus, et il ne reste plus que les souvenirs à leurs derniers maîtres]

Tepper Sheri S. , Rituel de chasse (Grass, 1989), trad. par I. Tate, J’ai Lu n°3244, 1992. [Une pandémie respiratoire attaque les humains sur toutes les planètes sauf Grass, que les colons partagent avec une espèce indigène de centaures, responsables de la pandémie. L’héroïne découvre comment les structures religieuses et sexistes des gouvernements humains aident à sa propagation.]

Egan Greg, « Blood Sisters » (1991), in Axiomatique, trad. Sylvie Denis, Francis Lustman, Quarante-Deux, Francis Valéry, Gallimard, coll. « Folio SF », p. 103-127.

Willis Connie, Le Grand Livre (Doomsday Book, 1991), trad. J.P. Pugi, J’ai Lu, 1994. [non seulement l’historienne est envoyée au temps de la Peste noire, mais son présent a été dévasté par des pandémies, le monde s’est organisé et est alerte, et la ville d’Oxford subit une quarantaine.]

Grenier Christian, Virus L.I.V. 3 ou la mort des livres, Livre de Poche Jeunesse, 1998. [variation ironique Fahrenheit 451 : un virus de hackers efface les livres imposés par des lettrés totalitaires]

Bear Greg, L’échelle de Darwin (Darwin’s Radio, 1999), trad. de l’anglais par Jean-Daniel Brèque, Robert Laffont, 2002; et Les enfants de Darwin (Darwin’s Children, 2003), trad. de l’anglais par Jean-Daniel Brèque, Robert Laffont, 2003. [Fiction optimiste: un rétrovirus endogène, le SHEVA, déclenche une nouvelle étape de l’évolution humaine.]

Watts Peter, Cycle des Rifteurs: Starfish (Starfish, 1999), 2010; Rifteurs (Maelstrom, 2001), 2011; βéhémoth (βehemoth, 2004), 2012, trad. par Gilles Goullet, Fleuve Noir, 2010-2012 [Une bactérie primitive, baptisée βéhémoth, infecte le personnel d’une station géothermique installée sur la dorsale océanique Juan de Fuca. La station est détruite mais une survivante parvient à rejoindre la surface et devient le patient zéro d’une épidémie menaçant l’ensemble de la biosphère.]

Kloetzer Laurent, Réminiscences 2012, Nestiveqnen, 2001. [Le monde de Monsieur K, le héros, perd sa jeunesse : un virus mortel s’attaque à tous les enfants de moins de quinze ans. Seule une drogue synthétisée par une multinationale permet de retarder l’échéance.]

Johnson Adam, Des parasites comme nous (Parasites like us, 2003), trad. F. Dolisi, Denoël, coll. « Millénaires », 2006 [un virus déterré d’une tombe préhistorique éradique l’humanité, sauf le petit groupe de l’Université du Sud-Dakota qui avait partagé le pop-corn tiré du maïs préservé du même site]

Robinson Kim Stanley, Chronique des années noires (The Years of Rice and Salt, 2002), trad. D. Camus, D. Haas, Presses de la Cité, 2003.

Atwood Margaret, Le dernier homme (Oryx and Crake, 2003), trad. de l’anglais par Michèle Albaret-Maatsch, Robert Laffont, 2005. [Un virus créé en laboratoire par Crake détruit l’humanité pour être remplacée par des êtres génétiquement modifiés, les Crakers.]

Sagan Nick, cycle Idlewild (2003-2006) : Idlewild, Neverborn, Everfree, trad. Patrick Imbert, J’ai Lu, coll. « Millénaires », 2011. [l’espèce humaine a totalement été éradiquée par le Black Ep, un virus. Pourtant, une poignée d’hommes et de femmes hante encore les ruines du monde. Les scientifiques qui leur ont « donné naissance » avant la catastrophe les ont dotés d’un code génétique qui les immunise. Leur mission future : ressusciter l’humanité]

Dufour Catherine, Le Goût de l’immortalité, Mnémos, 2005. [paludisme issu du passé ; monde dystopique où fresque effroyable, où des entreprises obscures se mènent une guerre larvée à coup de maladies sans se soucier des conséquences humaines]

Andrevon Jean-Pierre, Le Monde enfin (fix-up de nouvelles travaillées de 1968 à 2005), Fleuve noir, 2006 [France vidée de ses habitants comme la totalité de la planète, à la suite d’une pandémie foudroyante quarante-cinq ans plus tôt (sur une idée proche ESB)]

Bacigalupi Paolo, La Fille Automate (The Windup Girl, 2009, trad. S. Doke, Au Diable Vauvert, 2012. [des pestes génétiquement modifiées ont ravagé la Terre]

Wintrebert Joëlle, « L’enfant du lignage », Galaxies, n° 19/61, 2012 [Dans une petite communauté de survivants, on découvre que les plus âgés sont les bioterroristes à l’origine d’une pandémie qui a entièrement détruit l’humanité]

Liu Ken, « La peste » (Nature, 2013), trad. P.-P. Durastanti, in La Ménagerie de papier, 2015, p. 213-219 ; en ligne sur www.tor.com/2013/07/11/the-plague/ [fiction de posthumains ; mutations après une « peste » de nanomachines, fracture sociale]

Magali (ed), Virus, Griffe D’encre , coll. Anthologie n° (8), 2013.

Thilliez Frank, Pandémia, Fleuve noir, 2015. [Un virus de grippe aviaire renforcé est disséminé par les membres d’un complot.]

Guéraud Guillaume, Plus de morts que de vivants, Ed. du Rouergue, 2015.

Hinckel Florence, Trébor Carole, Villeminot Vincent, Grevet Yves, cycle « U4 » (Yannis, Jules, Stéphane, Koridwen + Contagion), Nathan, Syros, 2015 (+ 2016)

St. John Mandel Emily, Station Eleven (2014), trad. Gérard de Chergé, Rivages, 2016.

Meyer Deon, L’Année du lion: les mémoires de Nicolas Storm sur l’enquête de l’assassinat de son père (Koors, 2016), trad. de l’afrikaans et de l’anglais par Catherine Du Toit et Marie-Caroline Aubert, Seuil, 2017. [Une histoire de vengeance en Afrique du Sud, après une fièvre qui a décimé 9/10èmes de l’humanité.]

Beckerman Norton S., Virus: A Science Fiction Thriller, 2018. [avec un conseil des cellules qui gèrent les dégâts d’un rénégat nommé virus (!)]

Image: NIAID sur Flicker, URL: https://flickr.com/photos/54591706@N02/49597020718