Archives par mot-clé : science fiction

Séminaire doctoral SF 2021

Le séminaire doctoral a pour objectif de constituer un espace d’auto-formation et de dialogues scientifiques, entre des doctorants et doctorantes travaillant sur la science-fiction et des répondants qui apporteront un regard critique et scientifique sur les communications. Il se tiendra de janvier à juin 2021 une fois par mois,  en ligne puis dès que possible à l’Université Gustave Eiffel. Il accueillera à deux reprises le comité éditorial de la revue ReS Futurae, dirigée par Irène Langlet. L’objectif de cette intégration au séminaire est de créer un cadre de rencontres entre l’équipe doctorale du séminaire et des chercheurs et chercheuses experts en science-fiction, afin que se tisse un dialogue scientifique pour irriguer les réflexions de la revue et les recherches doctorales. Ce partage de compétences permettra également aux doctorants et doctorantes de se former sur le plan éditorial et scientifique.

Organisatrices : Margot Châtelet et Nadège Pérelle, doctorantes contractuelles sous la direction d’Irène Langlet, à l’université Gustave Eiffel (ED Cultures et Sociétés, EA LISAA).

I. Programme

Séance 1 : Les grands textes théoriques de la science-fiction

Jeudi 28 janvier 2021, 14h-17h. En ligne. Inscription : seminairedoctoral-sf@u-pem.fr

La vocation de la première séance du séminaire est de présenter les fondations de la théorie littéraire science-fictionnelle. Chaque doctorant prend en charge une communication qui présente un article ou chapitre d’ouvrage d’un théoricien canonique dans la définition et la problématisation du genre.

Invités : Romain Bionda et Frédéric Guignard (doctorants à l’université de Lausanne).

Répondant : Simon Bréan, maître de conférence en littérature française à Sorbonne Université.

Séance ReSF 1

Date : Semaine 6 – vendredi 12 février 2021, 14h-17h

Séance 2 : Hard science, soft science et science-fiction

Date à confirmer : vendredi 12, 19 ou 26 mars 2021.

Cette séance vise à explorer les relations entre sciences et science-fiction et ce au regard des disciplines convoquées dans les corpus respectifs  des membres de l’équipe doctorale.

Sciences climatiques : Nous tisserons des liens entre les fictions climatiques et les sciences étudiant le climat et l’environnement : géosciences, sciences climatiques, écologie, océanographie, météorologie, biologie, chimie, physique, mathématiques. Nous tenterons de formuler des hypothèses autour des questions suivantes : Comment la climate fiction met en récit les connaissances scientifiques? A quels savoirs scientifiques les auteurs de cli-fi ont-ils recours? Quel traitement la climate fiction fait-elle des connaissances scientifiques? Vulgarisation? Extrapolation? Prospective? Quelle place a le vocabulaire/lexique des sciences du climat dans la cli-fi?

Sciences politiques et sciences sociales : Nous croiserons les méthodologies de la littérature et de la sociologie, afin d’interroger un corpus science-fictionnel affirmant sa portée politique. Ainsi, nous nous appuierons à la fois sur les théories de la lecture et de la réception, sur la sociocritique et sur la notion de communauté interprétative, selon trois axes : l’orientation de l’interprétation politique du lecteur, les représentations et enjeux socio-politiques d’une époque qui traversent les œuvres, et la construction du sens des œuvres infléchie par l’appartenance du lecteur à des communautés sociales et politiques.

Invités : Amir Arab Pour (doctorant à l’université Gustave Eiffel) et Alioune Banda Fall (doctorant à l’université Gaston Berger, Sénégal)

Répondant à confirmer.

Séance 3 : Science-fiction et études de genre

Vendredi 16 avril 2021, 9h30-12h30.

Le séminaire sera animé par Frédéric Guignard, doctorant en première année à l’université de Lausanne, sous la direction de Dominique Kunz Westerhoff et Irène Langlet.

Cette séance explorera la science-fiction à l’aune des études de genre. En partant du constat que la science-fiction est un champ culturel à dominante masculine, nous tenterons de voir ce qu’ont fait les études de genre à la science-fiction. Nous nous attarderons sur trois aspects : les modalités de la consommation genrée de la SF en croisant théories féministes et fan studies. Nous questionnerons dans un deuxième temps la possibilité d’une science-fiction féministe et queer, et enfin, nous étudierons les fictions climatiques, non pas comme genre de l’Anthropocène mais de l’Androcène.

Invité : César Calamel Duprey (doctorant à l’université Paris Nanterre)

Répondante : Hélène Breda (maîtresse de conférence en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 13)

Séance 4 : Science-fiction et médias

Vendredi 14 mai 2021, 14h-17h.

Face à l’intermédialité inhérente au genre science-fictionnel, les doctorants voudraient établir un état des lieux des théories critiques disponibles sur les médias de leurs corpus. Un travail approfondi sera consacré aux liens entre science-fiction et univers sonore (musique rock, spoken words, fictions radiophoniques, etc.) et nous parlerons de cinéma de cli-fi, afin de mieux appréhender l’effet-SF dans ces médias, et leurs médiativités propres.

Invités : Héloïse Brézillon (doctorante en création-recherche à l’université de Cergy-Pontoise) et Aurélie Huz (maîtresse de conférence en langue et littérature françaises à l’université Paris Nanterre)

Répondant : Matthieu Letourneux (professeur de littérature et directeur du Master recherche en littérature française et comparée à l’université Paris Nanterre)

Séance 5 : Science-fiction et fandom

Date à confirmer : vendredi 4 juin 2021, après-midi.

Il s’agira dans un premier temps d’interroger la diffusion du savoir science-fictionnel, qui se construit comme savoir hybride faisant dialoguer culture des fans et méthodologies universitaires : quel positionnement adopter dans cette culture à la fois scientifique et populaire de la science-fiction ? Dans un deuxième temps, la communication s’orientera vers la culture participative, à savoir la manière dont le fandom s’empare des univers qu’il chérit, afin d’en proposer des fanfictions, des remakes, des prolongements d’univers, et ce en utilisant tous les médias mis à leur disposition. Ainsi, nous serons amenés à débattre des notions de corpus multi-auctorial et d’univers partagés.

Invité : David Peyron (maître de conférence en sciences de l’information et de la communication à l’université d’Aix-Marseille).

Répondante : Mélanie Bourdaa (maîtresse de conférence HDR en sciences de l’information et de la communication à l’université Bordeaux 3).

Séance ReSF 2

Dates : Semaine 23 – vendredi 11 juin 2021

Illustration : Gwendal Briec

L’imaginaire et le prix Goncourt (2017)

« QUELQUE PART, LE JEUDI 6 JUILLET 2017 »

C’est avec cette  mention que s’ouvre le communiqué de presse, que nous reproduisons plus bas, adressé à l’Académie Goncourt par les éditeurs et acteurs de l’édition des littératures de l’imaginaire en France.

Rappelons-nous Baudelaire, qui ouvrait un des Petits Poèmes en prose par un appel à l’ailleurs : « Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu’il guérirait à côté de la fenêtre. » Cherchant le dialogue avec son âme malade qui refuse de lui répondre, il propose de l’emmener à Lisbonne, en Hollande, en Inde, en Laponie, à l’extrême-bout de la Baltique… et cette âme finit par exploser sagement : « N’importe où, pourvu que ce soit hors de ce monde ! »

Ce « quelque part » serait-il une façon de répondre au « Anywhere out of the world » qui donne son titre au poème de Baudelaire ?

Comme l’indique justement le communiqué de presse, les littératures de l’imaginaire, qui partagent pourtant une relative proximité avec l’histoire du prix Goncourt, se sont séparées, petit à petit, de la littérature blanche. Mais « quelque part » ce n’est pas « n’importe où » et il est en effet tout à fait légitime que toutes les formes de littératures romanesques soient représentées dans l’attribution du fameux prix.

Le communiqué cite le roman de John-Antoine Nau, Force ennemie, qui est récompensé du premier prix Goncourt, mais il n’est pas le seul : en 1905 c’est le roman d’anticipation de Claude Farrère Les Civilisés qui obtient le prix, la conjecture reposant sur un conflit futur entre la France et la Grande-Bretagne. Par ailleurs, certains lauréats verseront ultérieurement dans l’anticipation comme Henri Barbusse (Goncourt 1916 pour Le Feu) avec les nouvelles La Force et L’Au-delà (1926) et George Duhamel (Goncourt 1918 pour Civilisation) dans Les Voyageurs de l’espérance (1953)[1]. Et puis, l’Académie Goncourt s’est justement constituée à son origine avec plusieurs littérateurs ayant un lien plus ou moins évident avec ces littératures : Maupassant, décédé en 1893, était sur le testament de Goncourt, de même qu’Alphonse Daudet, lui aussi décédé en 1897 et remplacé par son fils Léon, sans parler des frères Rosny dont le nom de l’aîné est aujourd’hui associé au prix littéraire récompensant les meilleures œuvres de science-fiction francophones parues dans l’année.

Dans une tribune publiée dans La Revue hebdomadaire en date du 06 juillet 1907, « Le Prix Goncourt », Rosny aîné, qui était alors secrétaire-trésorier de l’Académie, rappelait les fondements du prix :

Il apparaît d’abord que beaucoup de littérateurs ignorent dans quelles conditions doit être attribué le prix Goncourt. Les statuts de la Société portent, à l’article II, que le prix dit « des Goncourt » doit être attribué au meilleur ouvrage d’imagination en prose parut dans l’année.  […] Pour éclairer [ce texte], il faut se reporter au testament d’Edmond de Goncourt. Et là nous voyons que ce prix sera donné à la jeunesse, à l’originalité du talent, aux tentatives nouvelles et hardies de la pensée et de la forme.

Dans le contexte littéraire dans lequel nous sommes, il est bien difficile de lire cette dernière phrase sans penser aux fulgurances des auteurs de science-fiction et de fantasy. Si le talent est une donnée bien subjective propre à chaque auteur et à la façon dont ils sont reçus par leur public, l’originalité et les « tentatives nouvelles et hardies de la pensée et de la forme » sont, elles, caractéristiques de ces littératures.

Dans le même esprit, Rosny poursuit sa tribune en réflechissant à une question qui fait alors beaucoup d’envieux : la rétribution financière qui accompagne le prix. Aujourd’hui, les cinq mille francs sont bien plus symboliques qu’ils ne l’étaient à l’époque. Cependant, quand on connaît les difficultés financières des petites maisons d’éditions (pensons, de façon non-exhaustive et sans se focaliser exclusivement à l’Imaginaire, aux Editions de la Différence récemment placées en liquidation judiciaire ou aux Editions Voy’el qui ont eu recours au financement participatif pour garder leur indépendance), par rapport aux ténors de l’édition que peuvent être Gallimard, Grasset ou Albin Michel, c’est une question toujours d’actualité. Car, quel que soit son prestige,  un prix littéraire fait vendre et il est tout à fait légitime que même les maisons d’édition les plus modestes puissent présenter leur poulain, l’auteur qui, selon elles, serait en mesure de marquer l’année littéraire, quel que soit le genre littéraire dont elles se revendiquent, selon le respect de la volonté de Goncourt.

Dans l’esprit de notre Maître, les cinq mille francs du prix étaient destinés à donner au lauréat « le temps et le loisir d’écrire un nouveau volume ». […] Le prix serait donc particulièrement institué pour les écrivains mal traités par la fortune. C’est, on l’avouera, un sujet de trouble et de scrupule. Plusieurs d’entre nous ne croient pas remplir tout à fait leur devoir en votant pour un homme pourvu de rentes, ni même pour un fonctionnaire ou un officier — à moins qu’ils ne sachent de source certaine que ces derniers ont l’intention d’abandonner leur emploi pour se consacrer à la littérature.

Rappelons que ces maisons d’édition ont lancé en début d’année un appel « pour promouvoir ces genres, trop souvent déconsidérés en France », comme l’annonçait Le Point le 27 mars 2017 et qu’aux Imaginales d’Epinal en mai dernier ont eu lieu les « États généraux de l’imaginaire ».

Clément Hummel.

 

 

[1] Source : http://archeosf.blogspot.fr/2015/11/le-prix-goncourt-et-le-merveilleux.html

6e JOURNEES INTERNATIONALES ENSEIGNEMENT & SCIENCE-FICTION

affiche-lecture-d-image-et-estrangement-visuel-100dpi-4-page-001

Les 18 et 19 octobre 2016 auront lieu les 6journées internationales « Enseignement et Science-Fiction ». Le thème cette année sera « Lecture d’image et estrangement visuel ».

Programmation, inscription, plan d’accès et informations complémentaires sont accessibles directement sur le site Internet.

Un outil interdisciplinaire, une discipline pivot

Faire appel à la science-fiction pour l’enseignement de l’image procède par essence d’une démarche transdisciplinaire. C’est dans cet esprit que se sont construites les Journées Enseignement & Science-fiction, sans équivalent en France.

 Universitaires, enseignants, auteurs et artistes y interviennent dans des sessions composées de conférences invitées et de retours d’expérience et explorent chaque année une discipline-pivot différente. Après la physique, les langues, la philosophie, l’histoire et la géographie, les mathématiques, c’est l’enseignement de l’image qui sera l’objet de l’édition 2016.

 Dépassant les clivages disciplinaires et professionnels, ouvertes à tous, les Journées Enseignement & Science-fiction offrent un espace de partage. Elles font chaque année l’objet d’actes dont les articles témoignent de la richesse des échanges et qui incluent des exemples pratiques et des outils pour les enseignants désireux de se lancer avec leurs élèves, de l’école primaire à l’université.

La science-fiction est un puissant générateur d’images et de référents esthétiques qui ont profondément influencé notre rapport visuel au monde et aux objets.

Souvent considérée comme un genre mineur, la science-fiction a néanmoins largement contribué au développement de techniques narratives spécifiques basées sur des processus cognitifs comme la distanciation (cognitive estrangement) et la suspension volontaire d’incrédulité, pour aider le lecteur à “entrer” dans des univers spéculatifs parfois déroutants et à s’en approprier les “clefs” conceptuelles dont il ne dispose pas a priori. 

Or cette situation présente des points communs avec celle de l’élève auquel on demande de s’approprier des connaissances absolument nouvelles pour lui. Pour l’enseignant, la science-fiction peut donc constituer un outil d’appoint très apprécié des étudiants, pour développer des stratégies originales de contournement de certains obstacles épistémologiques.

Continuer la lecture de 6e JOURNEES INTERNATIONALES ENSEIGNEMENT & SCIENCE-FICTION

La science-fiction dans la littérature arabe et occidentale (Appel à communications)

 Le premier colloque sur la  littérature de SF en Tunisie aura pour thème la découverte et le défrichage du genre qui commence aujourd’hui à se frayer une voie dans les enseignements universitaires en Tunisie.

Le colloque vise à mieux faire connaître la littérature de SF, son histoire et ses origines et à en exposer les divers sous-genres.

Date : 13, 14 et 15 mai 2016

Lieu : Jandouba/Tunisie.

Premier Axe : Science-fiction et paralittérature

 La SF a été annexée au champ de la paralittérature créé pour englober toutes les littératures que la culture légitimée tend à exclure. Le terme paralittérature se situe entre infra- et grande littératures. Cette querelle de termes, non seulement signale l’exclusion de la SF du champ de la littérature qui se veut clos mais présente la SF comme une négation de la littérature.

On déclare coupable la science-fiction et on opère, au risque d’une contamination, – situation oblige – sa mise en quarantaine. Le préfixe « para » réalise la distance réclamée. Le terme de paralittérature, apparu vers la fin des années soixante, « qualifie une littérature par la relation entretenue avec La littérature » (Anita Torres). Ce qui permettrait la classification d’une œuvre dans le champ de La littérature ou de la paralittérature, repose sur des critères institutionnels et esthétiques.

Jusqu’à quel point cette distinction littérature/paralittérature est aujourd’hui légitime ?

Continuer la lecture de La science-fiction dans la littérature arabe et occidentale (Appel à communications)