Archives par mot-clé : science-fiction

Margot Châtelet : CV et position de thèse

CV

Doctorante contractuelle en littérature française avec charge d’enseignement, université Gustave Eiffel | 2020-2023
– École Doctorale Cultures et Sociétés, laboratoire LISAA. Thèse dirigée par Irène Langlet : La Science-Fiction d’Alain Damasio, cœur d’une communauté contre-culturelle.
– Charge d’enseignement, UFR LACT, 2020-2021 : UE commentaire de textes Master MEEF 1 (UGE) ; UE culture littéraire et artistique L3 Pro Fabrication du livre (École Estienne).
– Co-organisatrice d’un séminaire doctoral sur la science-fiction avec Nadège Pérelle, doctorante I-Site Future.
-Élue au Conseil académique et au Parlement étudiant de l’université Gustave Eiffel, collège D2, décembre 2020 à juin 2023.

Professeure certifiée en collège | Val d’Oise | 2017-2020

Capes externe de lettres modernes | 2016

Université Paris IV-Sorbonne | 2012-2015
– Mémoire de master 2 recherche en littératures françaises, dirigé par Simon Bréan : Observations et expérimentations temporelles chez H. G. Wells et René Barjavel (17/20).
– Mémoire de recherche (master 1 pro LMA) dirigé par Simon Bréan : Survivre à la grande Catastrophe chez René Barjavel (16/20).
– Licence 3 professionnelle LMA (stage chez Studyrama Grandes Écoles).

Position de thèse

La science-fiction d’Alain Damasio, cœur d’une communauté contre-culturelle

Alain Damasio est un auteur français de science-fiction né en 1969. Il acquiert une notoriété en France grâce à son deuxième roman La Horde du Contrevent (La Volte, 2004), pour lequel il crée avec Mathias Echenay La Volte, maison d’édition de SF de gauche. Avec la parution récente des Furtifs (La Volte, 2019), il confirme sa position d’auteur de SF politique le plus populaire aujourd’hui en France. Ses fictions, très engagées, et sa médiatisation en tant qu’auteur de gauche le font reconnaître comme artiste militant. Après La Horde, il se présente également comme un auteur transmédia en multipliant les tentatives d’expansion de son univers fictionnel, pratique reprise et amplifiée par d’autres artistes et par des fans.

Notre objectif est de démontrer que ce public de SF de gauche fonde un espace communautaire contre-culturel autour d’un univers transmédiatique partagé. Étudier cette communauté damasienne de lecteurs et de créateurs contribuera à la recherche sur les contre-cultures contemporaines, en articulant cultures SF, politique et intermédiatique.

Le corpus que nous étudions est multi-auctorial, mais aussi intermédiatique et transfictionnel, autant de dimensions qui fondent la communauté damasienne. L’ensemble de la production de Damasio constitue la base de notre travail. Elle part d’un cœur littéraire (trois romans et une vingtaine de nouvelles, depuis 1999), puis s’étend de manière intermédiatique. Les collaborations de Damasio avec des artistes, ainsi que les adaptations de ses œuvres par des auteurs font aussi partie de notre corpus, tout comme une sélection des productions de fans.

L’hypothèse que nous défendons est celle-ci : la communauté damasienne se construit comme contre-culture par son adhésion à des valeurs politiques, par son identification à des personnages iconiques, par son inclusion dans une communauté interprétative, et par son investissement créatif dans l’univers fictionnel transmédiatique.

Le discours politique damasien est fortement marqué par les valeurs du mouvement contre-culturel original (1965-1975) aux États-Unis, tel qu’il a notamment été théorisé par Roszak (1969) : critique de la « technocratie », retour à la terre, expériences communautaires et romantisme révolutionnaire. La SF française du début du XXIe siècle, portée notamment par les auteurs et la ligne éditoriale de La Volte, permet de relire les engagements de gauche depuis la vague contre-culturelle de 1968. Elle hérite aussi de l’engagement politique et esthétique de la Nouvelle Science-Fiction Politique Française (1975-1981). Damasio participe régulièrement à l’activisme altermondialiste, engagement politique qui imprègne largement ses fictions, fédérant un lectorat de gauche et construisant une communauté politique et esthétique (Rancière, 2000).

Notre étude s’appuie sur les théories de la lecture et de la réception et sur une théorie élargie de la sociocritique, afin de questionner la consommation et l’interprétation des discours, des représentations et des enjeux sociaux d’une époque qui traversent les œuvres de Damasio (Duchet, 1979 ; Maingueneau, 2014). La notion de communauté interprétative (Fish, 1980) permet d’analyser l’orientation de la construction du sens des œuvres par l’appartenance des lecteurs à des communautés sociales et politiques. Nous exploitons surtout le réinvestissement de cette notion par les études littéraires et les cultural studies.

La communauté est également fédérée par la richesse et la cohérence de l’univers fictionnel, qui définissent le world making et qui poussent le fandom à s’en emparer pour en explorer les limites. Afin d’appréhender le partage de l’univers damasien et la notion de transmedia storytelling, nous analysons les gestes intermédiatiques (Rémy Besson, 2014) et les transferts de fiction entre les productions du corpus (Saint-Gelais, 1999). Enfin, nous nous interrogeons sur l’effet-SF des œuvres en étudiant l’ampleur de l’estrangement cognitif (Suvin, 1977 ; Langlet, 2006 ; Bréan, 2012).

BESSON Rémy, « Prolégomènes pour une définition de l’intermédialité à l’époque contemporaine », HAL [en ligne], mis en ligne le 1er juillet 2014, URL : https://cinemadoc.hypotheses.org/2855.

BRÉAN Simon, La Science-Fiction en France : théorie et histoire d’une littérature, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, coll. « Lettres françaises », 2012.

DUCHET Claude (dir.), Sociocritique, Paris, Nathan, 1979.

FISH Stanley, Quand lire c’est faire : l’autorité des communautés interprétatives, Paris, Les Prairies ordinaires, coll. « Penser/Croiser », trad. de l’anglais (États-Unis) par Étienne Dobenesque, 2007 [1980].

LANGLET Irène, La Science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire, Paris, Armand Colin, coll. « U : Lettres », 2006.

MAINGUENEAU Dominique, Discours et analyse du discours, Paris, Armand Colin, 2014.

RANCIÈRE Jacques, Le Partage du sensible : esthétique et politique, Paris, La Fabrique, 2000.

SAINT-GELAIS Richard, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, coll. « Poétique », 2011.

SUVIN Darko, Pour une poétique de la science-fiction : études en théorie et en histoire d’un genre littéraire, Montréal, Presses de l’université du Québec, coll. « Genres et discours », 1977.

Photographie : ©FloraFourcade

Retour sur la Séance 1 : Les grands textes théoriques de la SF

La première séance du séminaire doctoral s’est tenue le jeudi 28 janvier 2021, à partir de 14h, en ligne. Elle a compté jusqu’à 38 participant.es.

La séance à été animée par Nadège Pérelle (doctorante à l’université Gustave Eiffel, programme I-Site Impulsion PARVIS) et Simon Bréan (maître de conférence en littérature française à Sorbonne Université) a pris en charge la fonction de répondant.

Nadège Pérelle, Margot Châtelet, Frédéric Guignard et Romain Bionda ont proposé quatre communications sur les textes théoriques de la SF. Vous les trouverez chacune ci-dessous en version audiovisuelle, précédées d’un bref résumé.

I. Introduction et « Tour d’horizon des concepts fondateurs de la théorie SF suvinienne », Nadège Pérelle

La communication explore les concepts fondateurs de la théorie science-fictionnelle théorisés par Darko Suvin dans Metamorphoses of Science Fiction. On the Poetics and History of a Literary Genre (1979). Et plus particulièrement dans la première partie de l’ouvrage dans sa version américaine “I. Poetic” dans laquelle Suvin développe l’outillage herméneutique de la SF, principalement le cognitive estrangement et le novum.

*Erratum : référence à Gérard Klein : « Malaise dans la Science-Fiction américaine » Cahiers du Laboratoire de Prospective appliquée, nº 4, septembre 1975. En ligne.

II. « Relire l’estrangement suvinien : de l’estrangement diégétique à la défamiliarisation formelle », Margot Châtelet

La communication explore la typologie effectuée par Spiegel dans l’article tiré de sa thèse – « Things Made Strange: On the Concept of « Estrangement » in Science Fiction » -, qui relit la théorie suvinienne de l’estrangement en distinguant les niveaux diégétique, réceptif et formel. Ainsi, on s’intéresse à ce que Spiegel renomme l’estrangement diégétique (plan fictionnel) et à l’estrangement (plan réceptif), ainsi qu’au couple conceptuel naturalisation/défamiliarisation (plan stylistique et formel). On appuie cette relecture théorique de la science-fiction sur le recueil de nouvelles d’Alain Damasio, Aucun souvenir assez solide.

Intermède : discussions autour des deux 1res communications

III. « Le paradigme fuyant: théorème d’incomplétude de la SF », Frédéric Guignard

La communication présente les enjeux d’une lecture sémiotique d’un texte de science-fiction en s’arrêtant sur l’article de Marc Angenot, « Le paradigme absent », et ses commentateurices francophones. L’efficacité et la longévité du concept de paradigme réside dans sa polysémie : il est non seulement garantie d’intelligibilité immanente du texte mais également compréhension temporaire de l’ensemble des signes fournis, strictement homologue au monde fictionnel instancié. En instaurant de la diachronie dans une perspective structuraliste parfois figée, on peut ainsi saisir la puissance des possibles science-fictionnels, dans toute leur instabilité sémiotique. 

IV. « La SF : genre ou esthétique ? », Romain Bionda

La communication propose une réflexion sur la dimension «générique» de la SF, qu’on pourrait également comprendre comme une «esthétique» — ce que semblent d’ailleurs faire de nombreuses théoriciennes et théoriciens de la SF. Dans la critique (notamment universitaire), l’alternative entre une compréhension de la SF comme un genre ou comme une esthétique se présente peut-être de manière moins tranchée que dans les travaux sur le fantastique, où les définitions «génériques» (d’inspiration structuraliste) et les définitions «esthétiques» (d’inspiration thématique) s’opposent souvent vigoureusement. Il n’empêche que cette alternative me semble exister pareillement et qu’elle mérite toute l’attention nécessaire. Sa reconnaissance me semble un préalable au travail —par exemple— sur un ensemble aussi protéiforme et vague que «le théâtre de science-fiction», ensemble que j’ai récemment entrepris d’interroger et d’explorer.

*Erratum : la citation de Yes, peut-être de Marguerite Duras n’est pas dans la didascalie initiale, mais dans le paratexte final.

Discussion finale

Bibliographie indicative :

ANGENOT Marc, «Le paradigme absent : éléments d’une sémiotique de la science-fiction», dans Poétique, n°33, 1987, p. 74-89.
BIONDA Romain, «Où est passé le théâtre de science-fiction ? Histoire et historiographie d’un genre inaperçu», dans Revue d’histoire du théâtre, n°282, 2019, p. 119-138.
BREAN Simon, La Science-fiction en France. Théorie et histoire d’une littérature, Paris, Presse de l’université Paris-Sorbonne, «Lettres françaises», 2012.
HUZ Aurélie, L’Intermédialité dans la science-fiction française de « La Planète sauvage » à « Kaena » (1973-2003), thèse en littératures et cultures médiatiques, dirigée par Irène Langlet, université de Limoges, soutenue en novembre 2018.
LANGLET Irène, La Science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire, Paris, Armand Colin, «U», 2006.
MELLIER Denis, L’Écriture de l’excès. Fiction fantastique et poétique de la terreur, Paris, Honoré Champion, «Bibliothèque de littérature générale et comparée», 1999.
SAINT-GELAIS Richard, L’Empire du pseudo. Modernités de la science-fiction, Québec, Nota bene, «Littérature(s)», 1999.
SCHAEFFER Jean-Marie, Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Paris, Seuil, «Poétique», 1989.
SPIEGEL Simon, « Things Made Strange: On the Concept of « Estrangement » in Science Fiction Theory », Science Fiction Studies, nov. 2008, p. 369-385.
SUVIN Darko, Pour une poétique de la science-fiction. Études en théorie et en histoire d’un genre littéraire, trad. Gilles Hénault, Montréal, Presses de l’université du Québec, «Genres et discours», 1977.
TODOROV Tzvetan, «L’origine des genres» (1978), La Notion de littératureParis, Seuil, «Poétique», 1987, p. 27-46.
TODOROV Tzvetan, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Seuil, «Poétique», 1970.
VIEGNES Michel, Le Fantastique, Paris, GF Flammarion, «GF Corpus», 2005.
 

Illustration : Gwendal Briec